75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : World of Warcraft: En terre étrangère
World of Warcraft: En terre étrangère >

Critique de la Bande Dessinée : World of Warcraft: En terre étrangère

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 7 avril 2008 à 1058

Azeroth en BD? Peu convaincant

Le shaman orc Rhegar Rageterre – entraineur de gladiateurs de son état – est très contrarié. Il vient de perdre son meilleur élément ; Œil-Sanglant, lâchement assassiné. Aussi, quand en chemin, il rencontre un humain amnésique ayant apparemment quelques capacités physiques, il le capture et décide d’en faire le troisième membre de son équipe aui doit participer aux jeux annuels de Hache-Trippes.
Baptisé Appât-Croco, l’humain rejoint ainsi le druide elfe Broll et l’elfe rouge Valeera. Une équipe de débutants, ou presque, dont les chances de survie semblent bien mince. Pourtant…
On ne compte plus le nombre de produits dérivés issus de la licence World of Warcraft. Le succès de ce MMORPG fantasy est donc indéniable auprès de la jeune clientèle et la parution d’une série de BD basée sur ce thème était donc prévisible. Pour ce faire, Blizzard Entertainment s’est adressé à DC Comics. La célèbre compagnie s’est donc occupée du marché US tandis que la distribution française est assurée par Soleil.
Le scénario de ce premier tome est de Walt Simonson (déjà auteur de l’adaptation d’Elric). Et on ne peut pas vraiment dire qu’il se soit cassé la tête sur le sujet. Il est vrai que ce genre d’ouvrage s’adresse aux jeunes lecteurs, mais quand même, il aurait nous offrir mieux que cette histoire de combats d’arène qui semble sortir tout droit d’un bêtifiant jeu d’arcade – WOW c’est quand même un peu plus riche en possibilités, scénaristiquement parlant, que Mortal Kombat. De plus, comme les personnages sont archi-stéréotypés, avec des comportements facilement prévisibles, le récit ne nous propose aucun rebondissement, rien à part des combats peu épiques et bien bourrins. Bref, c’est très primaire et monotone.
Du coté du graphisme, le français Ludo Lullabi a retranscrit sur papier l’imagerie du jeu vidéo. Hors, si sur un ordinateur on peut comprendre que des traits soient grossiers, cela est nettement moins justifiable sur papier. Certaines planches sont donc très rudimentaires, malgré une mise en cadre qui retranscrit une bonne dynamique. Vous me direz ; le dessinateur a voulu conserver le style, d’accord, mais bon, en certaines occasions il aurait pu peaufiner son trait déjà appauvri par son style manga. Au niveau du choix artistique, on remarquera de plus que cet album est excessivement violent sans que l’on puisse y discerner la moindre goutte de sang. Ce qui, admettons-le, est franchement ridicule…

La conclusion de

En Terre Etrangère est le premier opus de ce qui apparaît comme étant un pur produit d’exploitation. Scénario très faible, graphismes moyens sont à l’ordre du jour pour cet album qui n’intéressera que les fans – les plus jeunes - de la licence. Les autres passeront leur chemin.

Que faut-il en retenir ?

  • Un produit pour fans
  • Un certain dynamisme dans la mise en cadre

Que faut-il oublier ?

  • Scénario rachitique et prévisible
  • Graphismes assez rudimentaires
  • Personnages stéréotypés

Acheter World of Warcraft: En terre étrangère en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de World of Warcraft: En terre étrangère sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Warcraft

En savoir plus sur l'oeuvre Warcraft