75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Doomsday >

Critique du Film : Doomsday

Avis critique rédigé par Sylvain T. le lundi 7 avril 2008 à 06:59

Mad Max pour les pauvres...

Je ne suis pas très fan de Neil Marshall au départ, mais Doomsday était un film que j'attendais car il mêlait plusieurs genres différents, l'épouvante, la science-fiction et l'anticipation, tout ce que j'aime réuni en un seul film, mais à trop vouloir mélanger, on se retrouve devant un film inintéressant au possible frôlant même le néant.
Doosmday, c'est l'histoire d'un virus mortel s'étant répandu dans toute l'Ecosse, pour palier ce problème, le gouvernement anglais va construire un gigantesque mur tout autour de cette contrée laissant les survivants seuls à la merci de tout. C'est alors que trente ans plus tard, le virus refait surface en plein cœur de Londres, il faut absolument endiguer l'épidémie, mais il n'y a aucune solution, à part peut être une, impossible aux premiers abords... En effet, on apprend qu'un groupe de survivants se trouvent actuellement en Écosse, un antidote existe donc forcément, mais personne ne veut aller dans ce territoire ennemi et inconnu. C'était sans compter sur Eden Sinclair, la très sexy chef d'un super commando d'élite, la jeune femme a 48h pour trouver le remède sans quoi, le virus ne pourra plus être contrôlé.


Bon. L'histoire fort sympathique laisse envisager le meilleur pour ce film, mais il n'en est rien puisqu'après un début moyen mais entraînant (où l'on voit l'héroïne cherchant a tout pris à sauver le monde) on fond comme neige au soleil dans un scénario trash certes, mais tellement ennuyant... Le groupe d'élite fait la rencontre d'une tribu ayant survécu à la menace du virus, du moins c'est ce qu'ils pensaient puisque ces derniers vont rapidement se retourner contre ces militaires. Véritable cannibales, ces habitants n'ont strictement rien de crédible, je me suis même entendu rigoler c'est dire ! Là où je cherchais des scènes violentes et gore, se trouvent des scènes certes gore mais peu convaincantes, on repassera aussi pour l'originalité des "monstres".
Chavirant dans le kitch et les clichés, Neil Marshall reste heureusement à la surface lorsqu'il s'agit des scènes d'actions. Très bien mise en scène elles sont particulièrement efficace, mais trop peu présentes, car elles laissent leurs places à un scénario pompeux emmené par une Rhona Mitra que l'on aurait préféré ne pas voir dans ce film. On m'a dit que je devais prendre ce film au second degré puisqu'il se disait kitch, mais sincèrement entre se prétendre kicth comme le fait Doomsday et l'être comme Black Sheep, il y a un fossé que le réalisateur n'a pas du tout sû passer. On retrouve les mêmes erreur que pour The Descent mais en pire. Gâchis indéniable, Doomsday est à éviter à tout prix si vous ne souhaitez pas partir du cinéma avec un sentiment de déjà-vu interminable...

30

S'attaquant à plusieurs genres différents, Doosmday perd sa saveur, le sentiment de déjà-vu est bien présent, et les maladresses des acteurs et du scénario n'aident en rien. Doosmday n'est en aucun cas un bon film, il serait même à éviter.

Critique de publiée le 7 avril 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • Les scènes d'actions !
  • Le scénario SUR LE PAPIER

Que faut-il oublier ?

  • Le scénario DANS LE FILM
  • Les acteurs (mais a quoi sert Rhona Mitra?)
  • Aucune originalité
  • De l'humour noir peu drôle

Acheter Doomsday en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Doomsday sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !