75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Re Ignition #1 [2008], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 16 mars 2008 à 21h14

Back in the 50th!

Tout commence avec un Alien travaillant pour une société de transport et affichant un physique du genre : "grosse araignée cyclopéenne". Bref, notre arachnide mutant veut s’arrêter pour livrer sa marchandise dans la plus grande station du coin. Petit problème, celle-ci ne répond pas à ses messages de demande d’accostage. L’Alien décide cependant d’y atterrir ! Une fois dans la station, il découvre le vide total… du moins presque total, et la seule autre créature qu’il va y rencontrer est du genre à avoir un appétit vorace !
"Fear Agent" est un bouffée de fraîcheur inespérée ! Imaginez un retour aux scénarios les plus dingues des années 50, avec ses grosses bêtes, son héros macho se la jouant sévère et le grand pas beau méchant possédant des robots géants. Bien, "Fear Agent" c’est tout cela et bien plus encore ! "Fear Agent" c’est du "Flash Gordon" ou du "Buck Rogers" qui ne se prend jamais la tête, ni trop sérieux ni trop comique.
Scénarisé par Rick Remender, "Fear Agent" nous propose de suivre les aventures de Heath Huston, poivrot de l’espace qui va devoir tout faire pour protéger la galaxie d’une grande menace. L’histoire, même si elle se révèle avant tout un hommage aux séries B, est solide et possède un rythme incroyable. Comme tout bon serial, Rick Remender n’en oublie pas le fameux "cliffhanger" aussi incroyable qu’inattendu. En gros on rage et la suite va se faire douloureusement attendre !


Côté Dessin, c’est Tony Moore qui s’est attelé à la tâche. Une fois encore, le dessinateur anglais se montre être un surdoué pour illustrer les sujets dits de seconde Zone. Le dessinateur se révèle aussi à l’aise pour dessiner les Aliens de "Fear Agent" que les Zombies de "Walking Dead". Dynamique de bout en bout son dessin dégage une véritable énergie. Seules les couleurs de Lee Loughridge demeurent assez moyennes et classiques et ne se montrent pas à la hauteur du reste.
Le petit bonus de l’édition Akileos est tout simplement un pur bonheur puisqu’il s’agit de 6 pages de croquis de Tony Moore.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Re Ignition #1 [2008]

Richard B.
85

Slam, Zap, Ba-Doom ! Le lettrage explose dans tous les recoins des pages, ça fleure bon la nostalgie, c’est rudement bien mené, en gros du bonheur sur plus de 110 pages. Tony Moore fait une nouvelle fois des merveilles et l’histoire de Rick Remender est digne des plus grands serials.

Acheter la Bande Dessinée Re Ignition en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Re Ignition sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Fear Agent