75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Dix mille ans sous les glaces
Dix mille ans sous les glaces >

Critique de la Bande Dessinée : Dix mille ans sous les glaces

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 21 janvier 2008 à 1007

Arctica : grosse tendance écologique !

Dakota est un as de l’aviation. Comparé à lui, le Tom Cruise version "Top Gun" à tout à apprendre. Pourtant, derrière des allures d’as des as, Dakota possède une cicatrice qu’il ne peut effacer : sa fille est morte d’irradiation suite à la chute d’un satellite. Aussi, lorsqu’il découvre un objet intrigant coincé en plein milieu d’un iceberg, il s’interroge sur ce qu’il peut contenir, mais surtout, sur les possibilités d’un danger radioactif.
Ne vous y trompez pas ! Si la très belle couverture, le ton délibérément écologique et le nom du scénariste évoquent la série Golden City, la comparaison s’arrête là ! Cette histoire de Daniel Pecqueur n’a rien à voir avec l’une de ces séries qui le rendit célèbre dans le monde de la bande dessinée. Cette fois, le scénariste plonge en plein dans la mouvance écologique actuelle et ne fait pas vraiment dans la subtilité. Heureusement, malgré le côté très pesant du message, j’ai trouvé que Daniel Pecqueur avait su rendre assez attachant le héros de cette série (Dakota) et l’intrigue assez intéressante même si très peu originale. Une des thématiques développées est que l’eau est désormais une ressource rare et sa possession peut entrainer des conflits. Une idée accrocheuse, mais trop sous-traitée par rapport au reste, plus convenu, comme la jeune fille aux multiples pouvoirs, ou bien "la Terre, poubelle du monde". Dans la collection "série B" de chez Delcourt, il faut reconnaître qu’Arctica ne débute pas avec le même panache que des titres comme Travis, Carmen Mc Callum ou Golden City. Il reste tout de même un titre pas déplaisant, même s’il lui reste encore à faire ses preuves sur la duré.


Côté dessin, Arctica est la deuxième collaboration entre Daniel Pecqueur et Bojan Kovacevic - déjà dessinateur sur Arcanes et cela depuis le troisième tome. La qualité graphique de l’ensemble est très honnête, mais parfois inégale. Si les cases sont souvent complexes avec des décors sophistiqués, le dessinateur se montre parfois léger sur les expressions faciales. Les couleurs de Pierre Schelle sont assez agréables et correspondent assez bien à son travail sur des titres comme Golden City (comme quoi la comparaison se trouve encore là).

La conclusion de

Arctica est une nouvelle série de qualité honorable, mais pas aussi impressionnante que ne nous le laisse penser sa superbe couverture signée Manchu. Si on passe un moment de lecture agréable, il faudra tout de même que Daniel Pecqueur et Bojan Kovacevic travaillent un peu plus subtilement leur série pour que celle-ci puisse se distinguer de la masse.

Acheter Dix mille ans sous les glaces en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Dix mille ans sous les glaces sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Arctica

En savoir plus sur l'oeuvre Arctica