75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Seul contre la légion
Seul contre la légion >

Critique du Roman : Seul contre la légion

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 13 janvier 2008 à 0951

La fin de la Légion

"«Insolite. Importante. D'un danger incontestable.» Le commandant Kalam avait mis l'accent sur chaque mot sans se départir de son calme imperturbable. «On vous a choisi pour cette mission, capitaine Derron, car la Légion estime que vous méritez toute sa confiance.» Après quatre années sinistres, cette scène restait présente dans l'esprit de Chan Derron, comme gravée au fer rouge. Cette étrange tâche avait changé le cours de sa vie, et, au lieu de lui ouvrir un avenir riche de promesses, elle l'avait enserré dans une sombre toile de mystère, de terreur et de désespoir..."
Chan Derron, jeune capitaine plein de promesses, se voit confier une mission capitale: protéger le docteur Eleroïd, le créateur d'une invention révolutionnaire. C'est parce qu'il échoue lamentablement lors de cette mission qu'il est accusé d'avoir tué le savant, les preuves étant contre lui. Après des années derrière les barreaux, il réussit à s'échapper, et de spectaculaires disparitions ont alors lieu, toutes signées du Basilic. Hal Samdu, Jay Kalam et le vieux Giles Habibuba doivent une nouvelle fois utiliser les meilleurs de leurs talents pour coincer le renégat...
Après la légion de l'espace et les cométaires, Folio SF publie le dernier volet de ceux de la légion. Jack Williamson nous plonge une nouvelle fois dans les aventures du trio Samdu, Kalam et Habibuba, les véritables héros de ceux de la légion. On constate même que l'histoire tourne autour de Habibuba, au final le personnage central. Contrairement aux deux premiers volets, l'intrigue est un peu plus étoffée, l'auteur ayant pris le parti de ne pas avoir trop forcé sur l'exotisme de créatures extra-solaire. Encore que... On est malgré tout dans une histoire typiquement de l'âge d'or, voire du pulp, à la manière de Van Vogt, où l'action prime sur la profondeur des personnages, même si, encore une fois, Jack Williamson a fait un effort sur ce point. Il explore également le thème des androïdes renégats, pour passer à autre chose que les extra-terrestres les plus immondes. On pourrait même se demander s'il n'a pas donné des idées à Philip K. Dick pour Blade runner !
C'est divertissant, très agréable à lire, court, sans fioriture: une excellente lecture entre deux pavés indigestes.

La conclusion de

Dernier volet de la trilogie, Seul contre la Légion est aussi divertissant que les deux précédents romans. Voilà une trilogie qui, à défaut d'être encore aujourd'hui incontournable, vaut quand même la peine qu'on s'y replonge.

Acheter Seul contre la légion en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Seul contre la légion sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Ceux de la légion

En savoir plus sur l'oeuvre Ceux de la légion