75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Les enfants perdus
Les enfants perdus >

Critique de la Bande Dessinée : Les enfants perdus

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 18 décembre 2007 à 1733

Retour vers le passé

Le milliardaire Harrison Banks revient dans un tout nouveau cycle. Banks a décidé de ramener à Golden City la petite troupe des enfants perdus qui l’avaient bien aidé lors de la précédente aventure. Un choix qui est loin de plaire à son conseil d'administration qui lui reproche de se soucier plus des démunis que de ses activités professionnelles. Dans les mêmes temps, le professeur Seed se fait kidnapper par un commando alors que son amie Loren est jetée en bas d’une falaise afin de ne laisser aucun témoin.
Un deuxième cycle est toujours un exercice délicat, d’un côté il y a l’attente des fans - il faut donc garder l’essence même de ce qui a plu précédemment - de l’autre il faut arriver à apporter des nouvelles choses pour ne pas lasser.
Daniel Pecqueur a décidé de parler un peu plus ici du passé de Mifa, Solo et Apple et de lier ce passé avec des problèmes présents qui vont bien causer du tord à notre Harrison Banks. Premier chapitre plutôt intéressant qui a l’avantage de mettre en avant jusqu’ici des personnages secondaires. Seul petit reproche, on devine trop vite la liaison entre le passé des enfants et les " méchants" de cette aventure. Du coup, l’histoire n’offre aucune surprise sur son intrigue. Le principal demeure, puisque arrivé au bout j’avais une grosse envie de me plonger dans la suite qui n'arrivera que l’année prochaine. Au final je pourrais dire que Daniel Pecqueur a signé un "blockbuster" estival , pas vraiment original mais fortement divertissant, laissant présager un prochain tome encore plus prenant.


Pour ce nouveau cycle Nicolas Malfin reste en poste et conserve son savoir faire. C'est à dire l'essentiel : les traits sont précis et énergiques. Bien sûr, là où le dessinateur semble le plus s’amuser, c’est dans les designs des véhicules futuristes et dans des décors souvent complexes et détaillés.

La conclusion de

Ce nouveau cycle est très agréable à la lecture et se veut surtout être un divertissement très bien mené. Daniel Pecqueur et Nicolas Malfin devraient ne pas déstabiliser de trop leur lecteur et les fans devraient apprécier de retrouver les éléments qu'ils aimaient sur les précédents tomes.

Acheter Les enfants perdus en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les enfants perdus sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Golden City

En savoir plus sur l'oeuvre Golden City