75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le Chevalier
Le Chevalier >

Critique du Roman : Le Chevalier

Avis critique rédigé par Lujayne M. le lundi 9 juillet 2007 à 1728

Bilan mitigé

Un jeune américain se trouve projeté dans un monde médiéval, et se met en tête de devenir chevalier... Voilà une idée de départ qui parait intéressante, de par le choc des cultures qu'elle promet, avec la vision d'un ado d'aujourd'hui dans un univers de rois, de manants et de créatures extraordinaires... Ajoutez à cela que l'histoire est racontée par cet ado à la première personne, et vous avez de quoi vous sentir impliqués dans l'histoire... normalement.
Car ce n'est, malheureusement, pas le cas. Si le monde décrit est extrêmement riche et innovant (avec ses "mondes" imbriqués dont ceux de l'étage inférieur considèrent ceux de l'étage supérieur comme des dieux - humains compris), et que le manichéisme, pour une fois, n'est pas présent, ce qui est suffisamment rare pour être souligné, l'auteur ne joue pas du tout sur le choc culturel. Le jeune héros, très vite transformé en adulte par magie(mais dans ce cas, pourquoi n'avoir pas pris un héros déjà adulte ? Franchement, sauf dans quelques passages, la nature "enfantine" du héros ne sert à rien), semble trouver tout à fait normale sa présence dans ce nouveau monde, ce qui nous prive de moments qui auraient pu être intéressants, et empêche le lecteur de s'identifier pleinement à lui.
La poésie et la richesse de ce monde sont, eux, totalement indéniables, ils permettent donc de suivre l'histoire jusqu'au bout avec un certain intérêt. Dommage donc que le personnage principal soit totalement fade, qu'il semble tout savoir et tout accepter passivement, obnubilé par seulement deux choses : retrouver et sa bien-aimée, et l'épée qu'elle lui a promis. On ne tremble pas, les passages, bien que parfois héroïques, succèdent aux autres sans vraiment impressionner.

La conclusion de

Une bonne idée, donc, un style novateur, un monde complexe, mais un personnage principal inintéressant (son serviteur Touk l'est bien plus) dont les potentialités ont été, à mon avis, totalement inexploitées : franchement, je n'ai pas envie plus que cela de lire la suite... ce qui est bien embêtant pour une histoire qui compte deux tomes !

Que faut-il en retenir ?

  • le monde, inédit et riche
  • la poésie

Que faut-il oublier ?

  • personnage principal fadasse

Acheter Le Chevalier en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Chevalier sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+