75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Ombres de Dieu
Les Ombres de Dieu >

Critique du Roman : Les Ombres de Dieu

Avis critique rédigé par Lujayne M. le samedi 23 juin 2007 à 1853

Honnête conclusion

Quatrième et dernier tome du cycle de l'Age de la Déraison, ce roman nous permet de voir, enfin, tous nos héros finalement réunis dans une même pièce. Adrienne, toujours à la recherche de son fils Nicholas, Benjamin Franklin, toujours aussi inventif, Red Shoes, de plus en plus inquiétant...
On retiendra de ce tome, encore, des batailles à foison, des morts par centaines, et toujours les malakim et leurs terribles desseins en arrière-plan. Dans la lutte fratricide qui oppose les soldats du Prétendant et les colons, dans l'avancée terrible de l'armée de l'Ouest, nos personnages sont ballotés sans merci entre victoires amères et défaites cuisantes, entre espoir et désespoir.
Encore une fois, la multiplicité des intrigues et des points de vue nuit encore à l'ensemble, car il en ressort surtout une impression de cacophonie, même si chaque destinée prise individuellement est des plus intéressantes. Heureusement, les héros finissent par se retrouver, pour la dernière bataille, et les tensions ne font alors qu'augmenter.
On retiendra des moments particulièrement intenses, et même amèrement drôles, tels que les trois derniers rois d'Europe se battant comme des chiffonniers, pour régler enfin les différents qui ont entraîné leurs pays dans le chaos. La "dernière charge" est à ce titre particulièrement bien amenée et émouvante.

La conclusion de

Pour conclure ce cycle, on pourra donc dire qu'il est assez inégal, et que le trop grand nombre d'intrigues à suivre en même temps lui nuit beaucoup à partir du troisième tome. Il est cependant particulièrement inventif, tant dans son XVIIeme siècle uchronique, avec ses personnages historiques amenés à agir bien autrement que la version habituellement connus (Voltaire et Franklin sont à cet égard particulièrement réussis), que dans sa supposition de la nature des anges et de Dieu, qui pourra faire grincer des dents mais qui n'est pas plus folle qu'une autre.
Un bon cycle donc, un peu touffu, un peu brouillon, mais qui change carrément de la fantasy habituelle !

Que faut-il en retenir ?

  • le contexte historique
  • l'écriture

Que faut-il oublier ?

  • trop, trop, trop de personnages et d'intrigues différentes

Acheter Les Ombres de Dieu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Ombres de Dieu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Age de la Déraison

En savoir plus sur l'oeuvre L'Age de la Déraison