75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Jusqu'au Dernier
Jusqu'au Dernier >

Critique de la Bande Dessinée : Jusqu'au Dernier

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 8 mai 2007 à 1328

Une touche impériale !

Alors qu’il y en a en ce moment que pour les Jedi et les clones, voir une œuvre comme Rebellion pointer son nez dégage une véritable fraîcheur dans cet univers riche qu’est Star Wars.
Dans "Jusqu’au dernier (Star Wars Empire)", nous suivons Janek Sunber, un officier talentueux qui a pour seul défaut de ne pas avoir été pistonné. Janek Sunber se trouve affecté dans une mission se situant dans la jungle de Maridum. Sa troupe et lui-même vont très vite avoir à faire aux autochtones du coin.
Si j’avais la chance de rencontrer Welles Hartley, je le remercierais mille fois de m’avoir offert une lecture si prenante dans un univers que j’affectionne particulièrement. Un univers, dont je reprocherais de trop surestimer Jedi et clones, avec une tendance certaine à oublier le reste, qui pourrait être tout aussi intéressant, voir plus, si on suit cet exemple. Welles Hartley plus tôt que raconter une énième bataille entre méchants impériaux et gentils rebelles, se focalise sur un personnage de l’empire qui côtoie d’autres de ce même empire. Étrangement aucun ne semble monolithique. Cet empire a de tout : du lâche, du traître des hommes d’honneur et des sacrifiés. En sortant du créneau de la rébellion, Welles Hartley apporte un nouveau visage aux hommes qui travaillent pour l’empereur, il montre à quel point même le mal peut montrer de l’humanité et de l’ingéniosité.


Le scénario qui nous plonge dans une sorte de fort Alamo, ne manque jamais d’ingéniosité, de rythmes, et tout le long on est captivé par une situation qui va demeurer incertaine jusqu’au bout… forcément palpitant !
Comble du bonheur, même le dessin de Davidé Fabbri fait preuve d’originalité dans le climat traditionnel de la mise en page des comics. Déjà le dessinateur, en plus de faire le dessin, signe lui-même ses couleurs. Seul l’encrage n’est pas de lui, mais d’un certain Christian Dalla Vecchia, qui assume parfaitement son travail. Les décors sont vastes, les mises en cases et situations de plans variés et le trait vraiment expressif, permettant ainsi de véhiculer tous les sentiments ! Les couleurs, dans les tons aquarellés, complètent un plaisir indéniable pour les yeux !
En plus de ce grand moment de lecture et pour ne rien gâcher, une seconde courte histoire, nommée "Trahison sur l’étoile noire", vient se rajouter. L’action se déroule en parallèle à l’épisode 4, pour nous conduire quelques secondes justes avant la destruction de la première étoile noire.
Le scénario, signé Jeremy Barlow, est un poil plus conventionnel dans la mesure où il s’attache à un clone, ce qui n’est pas nouveau. Cependant, l’ensemble ne manque pas de rythme, de même, qu’il s’adhère à humaniser un peu cet Empire, souvent bien trop mis du côté du noir absolu (même si je préfère la vision de Welles Hartley qui me semble plus recherchée).

Le dessin de cette seconde histoire est de Patrick Blaine et les couleurs de SND Cone Studios. À ce titre, il y a peu de choses à reprocher techniquement. Tout est efficace, mais aussi, hélas, conventionnel. Répondant ainsi à un cahier des charges établi et bien mené. Mais, ne cherchant pas à aller plus loin en offrant autre chose que des plans serrés.

La conclusion de

Les fans de Star wars devraient être aux anges, du moins ceux qui cherchent un peu d’originalité. Mais surtout, ici, je pense qu’il y a matière à attirer un autre public, d’habitude adepte de science-fiction, mais pas forcément fan de l’univers de George Lucas. En effet, cette histoire sort vraiment du traditionnel combat entre le bien et le mal pour aller s’intéresser de plus prêt à celui que l’on considère à la base comme le grand méchant.

Acheter Jusqu'au Dernier en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jusqu'au Dernier sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars