75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Terminus les étoiles
Terminus les étoiles >

Critique du Roman : Terminus les étoiles

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 4 avril 2007 à 1706

Terminus les étoiles

"C'était un âge d'or, une époque d'intense aventure, de vie large, de mort pénible..., mais personne ne le pensait. C'était une époque de fortune et de vol, de pillage et de rapine, de culture et de vice..., mais personne ne l'admettait. C'était une époque d'extrêmes, un siècle fascinant de monstres, mais personne ne l'aimait..."
Gully Foyle n'a rien de particulier. C'est un simple mécano sans talent. Il a juste eu le tort de tomber au mauvais moment au mauvais endroit. A l'heure où le monde entier "tranzitt", il se retrouve seul sur le vaisseau stellaire "Le Nomade", récemment attaqué, dans un endroit du système stellaire qui ne croise aucune route de transit habituel. Au bout de six mois où il survit tant bien que mal, le vaisseau "Le Vorga" arrive à proximité, ce qui est la chance de Gulliver Foyle de sortir de cette situation dramatique. Mais malgré les signaux de détresse, le Vorga poursuit son chemin sans le secourir. Gully, de rage, ce qui le sauvera, décide de tout faire pour se venger du vaisseau, ce qui deviendra le seul but de sa vie...
Alfred Bester, fort de son prix Hugo en 1953, décide de retenter l'aventure dans l'écriture SF, qui ne sera qu'une passade, après quelques romans et nouvelles. Au contraire de l'homme démoli, Bester revisite les classiques puisqu'il met en scène un homme abandonné dans l'espace qui aura la malchance de ne pas être secouru par un vaisseau de passage. Il y a, je l'ai lu effectivement, un air de Monte-Cristo, dans ce personnage qui n'aura de cesse d'assouvir sa vengeance envers le vaisseau "Le Vorga" puis son capitaine.
Terminus les étoiles est tout cela mais c'est aussi un roman d'apprentissage: voilà un homme quasi sans aucune éducation, sans prédisposition pour le tranzitt, parlant la langue du ruisseau "et puis c'est marre". Pourtant, dans son malheur, au travers de ses rencontres, il va se bonifier, il va s'éduquer, s'enrichir, rencontrer du beau monde... Sauf que, au fond de lui, le but ultime va rester le même: sa vengeance doit être assouvie. C'est la manière de le faire qui va évoluer. A côté de cela, on a une des premières idées sur la téléportation en SF, dans le concept du tranzitt, où le pouvoir de transiter d'un lieu à un autre réside dans le mental de l'homme. On a d'ailleurs droit à tout l'historique raconté avec un brin d'ironie, une ironie qui plane vaguement tout au long du roman.
Le résultat est très plaisant à lire, les multiples rebondissements le classent dans les space operas dans la pure tradition de l'âge d'or. On est ballotté à droite à gauche au gré des pérégrinations de Gully, qui devient au fur et à mesure un personnage attachant, malgré sa colère, sa rage quasi constante mais de plus en plus contenue. Le rythme est, du coup, soutenu, au fil des rencontres, des coups d'éclats, et de l'attention qu'il suscite auprès des grosses pontes du système. On regrettera que la traduction ait été quelque peu bâclée, ou du moins qu'elle date autant pour une lecture d'aujourd'hui. Un défaut que Denoël va remédier avec la nouvelle réédition prévue en Mai 2007.

La conclusion de

Terminus les étoiles nous ramène cinquante ans en arrière, où les aventures étaient palpitantes. Voilà un classique à lire d'urgence, pour les nostalgiques de l'âge d'or.

Acheter Terminus les étoiles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Terminus les étoiles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'homme démoli / Terminus les étoiles

En savoir plus sur l'oeuvre L'homme démoli / Terminus les étoiles