75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Double Jeu
Double Jeu >

Critique du Manga : Double Jeu

Avis critique rédigé par Lucie M. le mardi 3 avril 2007 à 0828

Paris’s Burning…

Tout débute dans la violence et le drame. À La Défense des gangs rivaux se battent et mettent les Quatre-Temps et le parvis à feu et à sang. Nous sommes en janvier 2001 et le préfet de police Van Der Haegen ne fait plus de cadeau. Une trentaine de jeunes sont interpellés, mais un seul d’entre eux est placé en garde en vu. Il se nomme Maxime Manders et il est soupçonné d’avoir tué le chef du gang adverse.


Nous retrouvons ce jeune homme bien plus tard en 2011. il est sorti de prison après avoir tiré une longue peine. Il a refait sa vie et sa femme attend un bébé. Néanmoins, la vie a bien changé à Paris et dans ses environs. Après que l’armée soit entrée de force dans les cités, celles-ci furent détruites et reconstruites pour une autre catégorie de gens. Les pauvres et les étrangers vivent dans des bidonvilles.
Le préfet de la police Van Der Haegen est devenu Ministre de L’Intérieur. Les élections présidentielles sont proches et il plane sur Paris une menace bien plus dévastatrice que les anciens gangs venus des banlieues. Un groupe de révolutionnaire du nom d’Anarky a son mot à dire et ne va pas le faire dans la dentelle. Une guerre urbaine s’annonce et est amorcée le soir de la fête de la musique où une bombe explose…
Le premier tome d’Anarky dépeint un avenir bien sombre de Paris et ses environs. En lisant Double Jeu, nous ne sommes guère étonnés des choix du scénariste Karos pour créer l’univers d’Anarky. Nous sommes évidemment conscients que depuis de nombreuses années un énorme fossé se creuse entre la capitale et ses banlieues. Un fossé d’incompréhension d’où se dégagent des émanations de haine et de violence. Comme il le dit si bien en introduction du premier chapitre par le biais des écrits du personnage principal Maxime Manders : « Drôle de façon de régler un conflit social en fait : vous faites taire les mécontents ! Nous les éléments jetables de ce pays. Qu’on ne me parle pas d’égalité des chances, nous ne vivons pas tous dans le même monde…il ne s’agit finalement que de chance tout court, celle de naître du bon côté du périph ! ». Là ça calme tout de suite. Nous sommes dans un manga de politique-fiction, une anticipation-fiction bien trop réaliste de l’avenir de la plupart des banlieusards et des Parisiens.
Le réalisme du graphisme d’Anarky est très bien réalisé. Les deux dessinateurs, Hobê et Pazo, ont fait du bon travail dans les reproductions des quartiers parisiens. Seulement un petit reproche se faufile dans notre esprit au niveau de l’encrage qui de temps en temps rend les cases trop fouillis. Un second repproche se précise dans l'agencement des scènes d'action qui sont nombreuses mais très peu mises en valeur. Dommage, puisque le scénario de Karos tient la route.

Personnellement, je n’ai pas beaucoup accroché à Anarky, car j’estime que cet environnement négatif je le ressens tous les jours puisque j’habite dans la capitale. Cet avenir sombre nous le ressentons comme un poignard qui nous fendille le cœur à chaque regard tourné dans le métro où la plupart des classes sociales se côtoient. Et puis surtout nous sommes en période électorale et je ne vois pas tellement de bon augure tous les politiques qui se présentent. Ils ne régleront rien et ce sera le bordel incessamment sous peu. Mais je ne peux pas enlever le talent de Karos qui sait relever avec franchise et réalisme cet évident problème.

La conclusion de

Double Jeu, le premier tome de la série de manga franco-belge Anarky, nous concerne tous. Il dépeint un avenir sanglant et noir de la capitale et de ses environs. Au jour d'aujourd'hui, une montée de la haine raciale est en progression. Une haine causée à cause de la situation financière de la plupart des gens reportant leur malaise sur leurs voisins. Mais Anarky parle également d’une haine existante à cause du fossé énorme qui se creuse de plus en plus entre Paris et ses banlieues ; enfin ses banlieues pauvres bien évidemment ! J’avoue ne pas avoir trop apprécié cette série, mais cela est simplement une histoire de goût. Normalement, je lis la plupart du temps des récits qui me procurent un sentiment d’évasion face à une réalité trop sombre et présentement nous avons le nez plongé dedans ce qui est bien sûr voulu de la part des auteurs.

Acheter Double Jeu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Double Jeu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+