75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La Terre des Morts
La Terre des Morts >

Critique du Roman : La Terre des Morts

Avis critique rédigé par Lujayne M. le mercredi 21 mars 2007 à 0858

Terre dévastée

Voici le quatrième et dernier opus des aventures d'Astyan, le Titan, et le moins qu'on puisse dire, c'est que l'ambiance change carrément par rapport aux précédents tomes. Après l'aventure néolithique, la genèse et la vie des Titans pendant l'Age d'Or de l'Atlantide, et une ambiance plus médiéval-fantastique dans le troisième roman, cette fois l'auteur nous présente un récit plus orienté "science-fiction post apocalyptique" (exercice qu'il avait déjà brillamment réussi dans "Phénix"). En fait, les aventures d'Astyan ne sont qu'un prétexte à une peinture très sombre du devenir de notre propre monde, au point que ce qui sous-tendait les précédents tomes passe au second plan. Déjà, l'auteur se débarrasse en un chapitre de personnages du précédent roman apparemment devenus encombrants, ce qui laisse une drôle d'impression, d'autant plus que leur mort ne sera pas le moteur de l'histoire qui suivra. Dans ce cas, pourquoi les avoir gardés jusque là ? Ensuite, nous apprenons pourquoi les Titans ne se sont pas réincarnés à la fin du second tome. L'explication est ingénieuse, et donne à l'auteur le prétexte qu'il attendait pour nous entrainer dans un monde parallèle qui s'avère être le véritable héros du roman. Dans cette Terre si semblable à la nôtre, le temps s'écoule différemment, puisque l'époque n'est pas le néolithique, mais l'équivalent du 23ème siècle. Et c'est dans cette Terre ravagée par la folie des hommes que le Titan et ses compagnons vont rechercher les autres immortels... L'auteur n'y va pas par quatre chemin et nous assène sa vision du futur sans la moindre délicatesse : impossible de ne pas faire le rapprochement avec notre propre Terre, d'autant plus que les noms sont à peine modifiés, alors que les évènements (du moins ceux qui sont déjà arrivés) sont scrupuleusement copiés. Et c'est justement là que le bat blesse. Car même lorsque l'on partage l'avis de l'auteur sur les catastrophes probablement à venir (et décrites avec imagination, talent et vraisemblance), on se prend à regretter, justement, que ce monde soit à ce point "copié" sur le nôtre (jusqu'à un certain Jorge Buisson d'Ameria... ça ne vous dit rien ?). Car dans ce cas, pourquoi ne pas avoir carrément utilisé notre propre monde, avec ses noms et ses pays ? Certainement, l'ouvrage aurait suscité la polémique, mais justement, la cause défendue ne le vaut-elle pas ? On a l'impression que l'auteur ne prend pas de risque, ce qui gâche un peu le message...

La conclusion de

Cela n'enlève heureusement pas l'intérêt du roman, qui comme les précédents nous transporte dans un autre monde avec une imagination et un luxe de détails prodigieux. Et le personnage d'Emmanuel est des plus intéressants, on aimerait en savoir plus sur lui... On regrettera cependant la fin un peu rapide, et la non-résolution de l'énigme qui sous-tendait tout le cycle d'Astyan...

Que faut-il en retenir ?

  • le style
  • la peinture de cette terre parallèle

Que faut-il oublier ?

  • pourquoi pas la "vraie" terre ?

Acheter La Terre des Morts en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Terre des Morts sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Enfants de l'Atlantide

En savoir plus sur l'oeuvre Les Enfants de l'Atlantide