75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Cantique Sanglant
Cantique Sanglant >

Critique du Roman : Cantique Sanglant

Avis critique rédigé par Lucie M. le vendredi 2 février 2007 à 1647

Un cantique d’essence religieuse opprimante…

"Lestat, le plus puissant des vampires, vieux de deux siècles mais beau comme un dieu de vingt ans, Lestat le Magnifique ne veut plus incarner le mal. Il veut faire le bien. Sauver des millions d'âmes. Renverser le cours de l'histoire. Dans sa quête éperdue de rédemption, il est prêt à tout. Mais n'est pas saint qui veut. Au domaine Blackwood, amis ou ennemis, des personnages mythiques s'agitent autour de lui : Mona Mayfair, devenue vampire malgré elle, le mystérieux Ash Templeton âgé de 5000 ans, Julien Mayfair l'impitoyable tourmenteur. Et Rowan Mayfair la sorcière, en proie à de sombres secrets, au bord de la folie, qui fascine irrésistiblement Lestat. Lui qui était le mal en personne n'a plus qu'un désir : quels que soient les risques, vaincre sa nature pour atteindre à la pureté, et surtout gagner le cœur de l'envoûtante et insaisissable Rowan."
Un an après la sortie du 9ème tome des Chroniques des Vampires Le Domaine Blackwood paraissait en France sa suite le 10ème et dernier tome, Le Cantique Sanglant, des célèbres chroniques d’Anne Rice. Nous retrouvons donc la famille Blackwood et la famille Mayfair aux prises avec des Vampires et des Taltos, créatures légendaires d’origine celtique qu’Anne Rice avait créée dans sa superbe Saga des Sorcières Mayfair. Depuis le 7ème tome, Anne Rice avait commencé à introduire dans ses chroniques vampiriques la famille Mayfair en la qualité de Merrick, une lointaine cousine Mayfair, pour qu’enfin les fans des Chroniques des Vampires puissent découvrir la saga trilogique des sorcières Mayfair et pour que les fans de cette dernière soient enfin contents de pouvoir lire du nouveau sur cette famille Mayfair à l’aura maléfique et surtout pour qu’enfin ces deux œuvres de fantastiques très importantes dans le panorama littéraire d’Anne Rice deviennent éternellement liées et pour que l’auteur puisse enfin s’en détacher.
Le Cantique Sanglant sera essentiellement basé sur le personnage de Lestat, puisqu’il est décidément le personnage central de ces Chroniques des Vampires et cela depuis le tome 2, Lestat le vampire. Bien évidemment, d’autres personnages sont importants dans ce 10ème tome, mais nous distinguons bien qu’Anne Rice désire clôturer son cycle vampirique et mettre l’accent sur ses changements religieux à travers l’évolution spirituelle de Lestat. Un choix bien ennuyeux qui alourdit l’histoire et qui nous laisse un arrière-goût d’évacuation psychique de l’auteur, une quête religieuse entamer bien des années auparavant mais qui occulte le charme principal des Chroniques de Vampires. Malheureusement, ce choix place de côté les buts ultimes d’un cycle romanesque : qui sont en premier lieu de divertir et satisfaire les fans aux travers les différentes histoires livrées par l'auteur où évoluent des personnages récurrents qui nous semblent être au fur et à mesure l’une de nos connaissances personnelle. Bon comme je le disais plus haut cette quête spirituelle est bien sûr l’un des éléments central de l’œuvre vampirique d’Anne Rice ; néanmoins au cours de ces 30 années d’écrits c’est devenu un leitmotiv assez opprimant pour les lecteurs, fans de vampires, et leur désir d’être transportés dans un cycle fantastique où des vampires civilisés avouent tous leurs petits secrets n'est pas abouti. Ce changement spirituel accru de la part d'Anne Rice intervient dès le 4ème tome Memnoch le Démon ; roman qui fut pour ma part l'un des meilleurs de la série avec bien sûr les deux premiers: Entretien avec un Vampire et Lestat le Vampire.
Ce qui m’a le plus déplu et déçu dans ce dernier et ultime roman des Chroniques des Vampires c’est le détachement visible avec lequel Anne Rice semble traiter ses deux œuvres principales. J’ai eu l’impression qu’elle voulait réellement s’en débarrasser pour qu’enfin elle puisse vivre en paix et clôturer sa longue thérapie spirituelle littéraire puis se consacrer entièrement à sa toute nouvelle œuvre, non fantastique, sur la vie de Jésus de Nazareth ; œuvre chronologique anticipée sur trois tomes dont le premier est déjà disponible en version originale. Bien entendu, il ne faut pas omettre son talent littéraire et sa faculté de conteuse née ; même si les élucubrations religieuses de Lestat sont trop nombreuses et enlèvent au récit son accroche romanesque. Anne Rice excelle à décrire des scènes dramatiques, des scènes à l’essence purement tendres et allégoriques qu’elle expose de manière toujours aussi théâtrale.
Il y a également son côté très professionnel et érudit dès qu’il s’agit d’écrire sur l’Histoire, sur l’Art ou sur différente civilisation ; néanmoins Le Cantique Sanglant ne va au bout de ces possibilités littéraire et romanesque. J’attendais depuis des années quelques précisions sur les créatures Taltos et je voulais absolument savoir ce qu’il était advenu d’Ash Templeton. Mais je voulais également savoir comment les Taltos avez pu survire dans notre société. Je peux vous dire que je suis amplement déçue par ce que nous a écrit Anne Rice ; c’est un complément de son œuvre de la Saga des Sorcières Mayfair à ne pas prendre en compte puisque c’est tellement dénué de sens que nous pouffons de rire. Je qualifierais certains des passages du roman comme incohérents et j'estime qu'Anne Rice est une mégalomane de première qui perd parfois un peu la tête. J'en suis sincèrement désolée!

La conclusion de

Très décevant ce 10ème et dernier tome des chroniques de vampires ; un peu comme le précédent, mais pas pour les mêmes raisons ! Anne Rice se débarrasse de ses œuvres fantastiques pour se consacrer à sa nouvelle œuvre historique sur la vie de Jésus de Nazareth avec un dédain perceptible, une folie déliquescente et clôture ainsi sa longue quête spirituelle personnelle qu’elle incluait souvent dans ses histoires vampiriques à travers son personnage clé Lestat. J’ai été déçue à cause de ces incessantes élucubrations sur la religion catholique mais également sur les quelques révélations qu’elle nous livre sur les Taltos. Bien sûr, je reconnais que le talent littéraire dramatique d’Anne Rice reste intact néanmoins cela ne fait pas tout.

Acheter Cantique Sanglant en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Cantique Sanglant sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Chronique des Vampires

En savoir plus sur l'oeuvre Chronique des Vampires