75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La Forêt sans retour
La Forêt sans retour >

Critique de la Bande Dessinée : La Forêt sans retour

Avis critique rédigé par Richard B. le mercredi 31 janvier 2007 à 2247

Super 'Bone' BD !

Voilà que depuis 1991 existe une série nommée ‘Bone’. Une série qui après 9 numéros et 2 hors série chez Delcourt put voir sa conclusion. Jusqu’ici nos héros étaient en noir et blanc. Pour 2007, la série fait peau neuve en acceptant d’être colorisée. La politique éditorial est simple : 3 albums par an et cela pendant 3 ans.
Pour ceux qui ne connaissent pas ‘bone’, en voici les grosses lignes : trois cousins, Smiley, Phoney et enfin Fone Bone doivent quitter précipitamment la ville de Boneville, suite à une magouille de Phoney qui pour le coup semble ne pas avoir réussi. Les trois cousins Bone vont pénétrer dans une forêt et être séparés. La forêt ben entendue va se révéler très vite ‘étrange’ et possédera son lot de Dragon fumeur de cigarette, rats-garous ou encore Ted, qui semble-t-il n’est pas une feuille !


Bone’ est une création 100% Jeff Smith. Il est autant derrière cette histoire abracadabrante que derrière le dessin qui pourrait sembler naïf, mais qui ne l’est pas du tout. Il y a un petit côté Disney qui se dégage, du moins au niveau du trait, car hormis le personnage de Phoney qui n’a pas à rougir face à l’oncle Picsou côté ‘égoïsme’, Bone demeure beaucoup plus spontanée et moins calculée. Jeff Smith a surtout créé un véritable univers, avec cartes et bestioles propres à chaque lieu. En plus de la richesse du lieu, il y a avant tout des personnages incroyablement attachants et de caractères. Au bout de 24 pages, vous tombez amoureux de l’histoire et au bout des 144 vous devenez accros.

Ne vous y trompez pas, même si la couverture fait penser à un Casper le gentil fantôme, la famille Bone n’a rien à voir avec des fantômes, ce sont des êtres vivants, aux formes bizarres et fréquentant des êtres tout aussi bizarres. Si le dessin est simple il en demeure que plus efficace et incroyable de précision. De même que de personnalité à l’instar des rats-garous qui sont tout simplement grandioses. Il est vrai, qu’au départ de la série, puisque auto édité, pour des raisons budgétaires fut pensée en noir et blanc, mais cette colorisation de Steve Hamaker n’à pas à se cacher, l’ensemble est très bien pensé et correspond à merveille avec l’ambiance que l’on pouvait imaginer à ‘Bone’.

La conclusion de

Jeff Smith est un grand, ‘Bone’ est une série somptueuse et riche et la nouvelle édition colorée ne fait aucunement honte à l’univers de son créateur. ‘Bone’ est définitivement un classique parmi les comics, et cela, même s’il est né qu’en 1991. Et je rajoute à cela : Vive les dragons fumeurs de cigarettes !

Acheter La Forêt sans retour en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Forêt sans retour sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Bone

En savoir plus sur l'oeuvre Bone