75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Face aux ténèbres
Face aux ténèbres >

Critique de la Bande Dessinée : Face aux ténèbres

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 18 décembre 2006 à 2110

Abigail, la tueuse de démons !

Abigail Van Alstine serait presque une adolescente classique et sans problème : Pom Pom girl et fille passante comme branchée. Mais elle a bien du mal à s’affirmer face à un père Pasteur, qui aimerait bien la voir un peu plus ‘croyante ’. Comme la jeune adolescente, n’en rate pas une, et pour simple plaisir de provoquer ‘papa’, elle décide non pas d’étudier la bible, mais plutôt un livre des sorts. Une erreur qu’elle devra apprendre à assumer…


Forcément dès les premières cases, il est facile à deviner que nous sommes dans des publications ‘Top Cow’ tellement le style graphique comme de narration fait penser à d’autres de leurs productions comme : Witchblade, Hunter Killer, … Pourtant, le scénario de Joshua Ortega n’a pas grand-chose à voir avec les titres cités ci-dessus. Necromancer ressemblerait plus à un croisement entre Buffy et Charmed, mais avec des effets gore accentués. Cette histoire de 138 pages se laisse lire sans déplaisir, elle est même assez accrocheuse, mais tout semble être vu ailleurs et faute de formules de sorts, il se dégage une impression de formules de ‘Marketing’ où Joshua Ortega essaye de croiser tous les éléments qui font recette. Ce comics de toute façon s’adresse avant tout à des jeunes de 15-20 ans, c’est clairement eux qui seront le plus réceptifs à l’histoire de Ortega, pour les autres ça ne sera pas détestable, mais il faut reconnaître que face à d’autres titres – plus adultes ou plus subtil - ce premier tome de Necromancer s’oubliera plus vite.
Graphiquement, là encore il se dégage une patte ‘Top Cow’ ça ressemble à du Darkness ou du Witchblade, d’ailleurs Francis Manapul à travaillé sur ces 2 titres, ce n’est pas désagréable à regarder, c’est même plutôt bien fait, mais l’ensemble manque énormément de personnalité. Francis Manapul semble, tout de même, avoir du mal avec les visages de profils qui sont beaucoup moins réalistes que quand ils sont de face. Dans tous les cas, les amoureux du style graphique ‘Top Cow’ (grosses poitrines, jolies fesses et découpages dynamiques) ne seront pas déconcertés et devraient apprécier.

Côté couleurs, il semblerait qu’il soit trois rattachés à cette tâche : Brian Buccellato, Arsia Rozegar et Blond. Ils ont l’air de tous être allé à même école, aucune transition semblant visible. L’ensemble est assez harmonieux même s’il faut reconnaître que les effets photoshop sont très visibles et présents.

La conclusion de

Necromancer est un album pas désagréable à lire, on passe un moment divertissant, mais je pense qu’il marquera plus facilement les 15-20 ans du fait qu’il focalise assez son histoire sur des thèmes proches des séries comme Buffy ou Charmed.

Acheter Face aux ténèbres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Face aux ténèbres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+