75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
La jungle de glace >

Critique de la Bande Dessinée : La jungle de glace

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 17 décembre 2006 à 18:53

Un second tome ne nous laissant pas de glace…


Dans le premier tome de la série Mandalay Les Miroirs de l’Ombre, le placement de l’histoire et des personnages nous étaient présentés très rapidement par Philippe Thirault. Un rythme accentué par des événements terribles mettant en scène le soulèvement d’une partie de la population birmane contre des colonisateurs britanniques faisant fi de leur culture. Tout cela en tandem avec une intrigue horrifique bien construite utilisant des légendes birmanes pour accomplir une vengeance de crimes affreux.
La Jungle de Glace reprend donc les événements sanglants que nous avions laissé à la fin du premier volet où un incendie tuer les parents des frères Waters et où des forces démoniaques se déchaînées. Des événements révolutionnaires se sont depuis lors intensifiés entre les nationalistes birmans et l’armée britannique et une menace surnaturelle pèse sur l’armée britannique. Cette menace est survenue après que Tiaman, l’une des divinités maléfiques relâchées dans les Miroirs de l’Ombre par le mage Leng, se soit réincarnée dans l’un des frères jumeaux Waters. Toujours jouant sur la double identité Philippe Thibault utilise les frères jumeaux Waters comme deux entités opposées et cela depuis le début : Alex, raciste et sur de lui et Lance, discret et aimant une Birmane. Deux entités prenant au fur et à mesure de l’histoire une forte position dans la lutte politique qui se déroule. Pourtant, nous avons la désagréable impression de nous perdre dans cette lutte compliquée où en fin de compte un seul homme préside tout. Un homme qui s’avère être le mage Leng celui-là même qui a appelé le terrible Tiaman et qui règle au final ses comptes avec les Britanniques en faisant souffrir son peuple, mais également sa propre famille. Le scénario de Philippe Thirault est assez complexe, mais nous pouvons reconnaître qu’il excelle dans l’art de nous pondre des histoires horrifiques se basant sur des faits historiques. Pour le moment, nous ne pouvons pas trop voir où il veut en venir bien sûr certaines questions se posent à nous mais cette histoire se complique encore plus avec ce tome deux puisque le mage Leng se montre de plus en plus machiavélique.
Le dessin de Butch Guice et l’encrage de Mike Perkins accentuent toujours autant le côté horrifique de la série ; tout en gardant constamment un côté très terre à terre pour l’élaboration des cases. Une continuité qui est la bienvenue. Pas de changements intempestifs le tout reste identiques au premier tome le Miroir de l’Ombre.

75

Mandalay est une série possédant un scénario qui se révélera très bon au tout dernier tome. Je m’explique Philippe Thirault jongle avec savoir-faire avec des personnages jouant de duplicité et où certains ont une double personnalité à cause d’une possession maléfique et dans le cas présent puisqu’il s’agit de frères jumeaux. Le tout contenue dans un récit où se joue des enjeux politiques extrêmes puisque la révolution d’un peuple opprimé est à son point culminant. C’est très fort mais également dur à suivre. Donc ce tome deux reste dans les espérances que pouvait ressentir le lecteur à la suite du tome un grâce à la continuité du récit et la continuité bienvenue d’un dessin réalisé par Butch Guice et encré par Mike Perkins.

Critique de publiée le 17 décembre 2006.

Acheter La jungle de glace en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La jungle de glace sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !