75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le fils de l'équinoxe
Le fils de l'équinoxe >

Critique de la Bande Dessinée : Le fils de l'équinoxe

Avis critique rédigé par David Q. le mardi 10 octobre 2006 à 0829

L'avènement du Verseau a commencé

La vie n'est pas facile pour Zacharie, un jeune orphelin du niveau 4. Vie merdique, logement insalubre et quasiment prisonnier de la police locale dans ce niveau pauvre de la cité où personne ne ressort, il n'a plus qu'une solution : dealer la superbe invention que son père lui a légué, le Recept-Eve (Endo Virtuelle Experience), un appareil permettant de rentrer dans un univers virtuel hyperréaliste. Mais rien ne vas plus quand Zacharie semble ne plus distinguer réel et virtuel...


Ce premier tome de Verseau va vous présenter cet univers pourri et malsain où Zacharie vis. Une ville policière où le trafic est roi, une ville proche de Blade Runner où les robots côtoient les humains et où il fait bon fermer sa gueule. Mais l'intrigue est bien plus complexe qu'elle en a l'air. Une trame parallèle fait état de la recherche d'une arme absolue laissée sous terre par une race extraterrestre, le PDG d'une multinationale fait tout pour la trouver. Il y a aussi l'étrange évènement qui touche ce jeune professeur d'art, apparemment sans relations avec l'histoire principale et cette société secrète dite du scorpion qui attend de céder sa place à celle du verseau. Tant de questions qui trouveront leurs réponses dans la suite de l'histoire et qui font de ce premier tome un album intéressant, loin des éternelles longues introductions de personnages qu'on peut trouver dans d'autres premiers tomes de BD. En plus, l'intrigue est parsemée d'humour sarcastique qui donne du piquant à l'histoire.

Les dessins ne sont pas en reste et on peut dire sans problèmes qu'ils contribuent largement au succès de ce premier tome. Très travaillés, ils apportent un réalisme et une ambiance non négligeable à l'album. Les visages par exemple ont ce petit coté double personnalité cachée propre à la BD. Certains robots ressemblent à des Terminator recyclés et le design général des véhicules est à la fois futuriste mais possible. Mais c'est surtout dans les couleurs et les contrastes qu'on capte le mieux l'ambiance néo-futuriste du titre. Aidés par une mise en page réfléchie, ces couleurs sombres prennent le lecteur par la main pour doucement l'amener à ce poser les bonnes questions sur les points d'ombre de l'histoire. Une impression renforcée par les diverses explosions et les effets lumineux ponctuels qui contrastent avec le reste. Le tout donne un ensemble graphique cohérent et plaisant, preuve d'un travail minutieux et de longue haleine qu'on peut souligner.

La conclusion de

Verseau est une bonne BD d'anticipation mêlant virtuel, réel et sociétés secrète pour un cocktail détonnant d'intrigue et d'action. Une histoire aussi intéressante que bien mise en images que je conseille à tous.

Que faut-il en retenir ?

  • De superbes dessins travaillés
  • Une intrigue complexe
  • Un thriller d'anticipation hâletant

Acheter Le fils de l'équinoxe en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le fils de l'équinoxe sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+