75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Limbo
Limbo >

Critique du Roman : Limbo

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 17 septembre 2006 à 0812

Humour noir

"Le vieillard haletait. - Beaucoup prognose, aujourd'hui, dit-il..."
Martine est un homme différent. Différent de ses amis de cette île perdue proche de Madagascar, car c'est le seul homme blanc. Et c'est un médecin spécialisé dans la lobotomie. Et cela fait dix huit ans qu'il est caché dans sa grotte pour pratiquer ses opérations en vue de réduire l'agressivité des Mandunjis, peuple pacifique s'il en est, isolé du reste du monde. Son passé le rattrape lorsque débarque sur l'île une bande d'occidentaux, qui se prétendent être une équipe sportive olympique venue s'entraîner. Le fait est que tous ces individus n'ont plus aucun membre, remplacés par des prothèses. Martine prend peur et la décision de revenir vers la civilisation pour redécouvrir le monde. Une surprise de taille l'attend...
Bernard Wolfe est un auteur étonnant. Journaliste et grand amateur de jazz, il a très peu écrit. En fait, son oeuvre se limite à quelques nouvelles et surtout un roman: Limbo. Mais quel roman !
La dystopie (ou contre utopie) est un genre de la science fiction qui a été finalement très peu traité. Non pas que le sujet ait été épuisé mais plutôt que les quelques oeuvres de ce thème sont exceptionnelles: le meilleur des mondes, 1984, Fahrenheit 451, sont parmi les oeuvres les plus lues de la littérature tous genres confondus. Difficile dans ce cas de rivaliser ou même d'essayer de créer une oeuvre de ce niveau qui viendrait faire de l'ombre aux oeuvres précitées. Même Nous autres de Zamiatine et le beau un bonheur insoutenable d'Ira Levin ont du mal à être reconnus.
C'est aussi le cas de Limbo, manifestement méconnu, alors que c'est un livre de haute volée. La qualité première réside dans une écriture très très ironique, le monde de Limbo est d'ailleurs lui-même une énorme farce. Et plus grande sera la farce, plus facile elle sera prise au premier degré. C'est effectivement le thème de la guerre, de l'agressivité chez l'homme et de sa réaction incroyablement poussée à l'excès dans un pacifisme au delà du ridicule. Et dont le fondement est très drôle. Limbo est ce genre de roman sociopolitique, au même titre que la tétralogie noire de Brunner: drôle, grinçant, prophétique.
Que dire d'une société dont les slogans sont: QUI A DES BRAS A DES ARMES (vous aurez noté le jeu de mot anglais: who has arms has arms) DEUX JAMBES EN MOINS. UNE TETE EN PLUS. PACIFISME EGALE PASSIVITE. ATTENTION AU ROULEAU COMPRESSEUR. PAS DE DEMOBILISATION SANS IMMOBILISATION.
Un délice.

La conclusion de

Limbo est encore une dystopie à l'univers lugubre, mais traité de manière originale et très humoristique. Unique roman de Bernard Wolfe (mais quel roman!), on entre dans le monde des uni, bi, tri et quadri de L'immob. ATTENTION AU ROULEAU COMPRESSEUR !

Acheter Limbo en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Limbo sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+