75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : La Loi des 12 tables : Volume quatrieme #4 [2006], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 4 septembre 2006 à 16h11

Un été mouvementé pour Asphodèle !

Vous aimez la série 24 heures ? Si oui, voici en gros le même concept appliqué en bande dessinée. 12 mois, 6 albums, 2 mois par album. À l’état actuel des choses, ce quatrième volume se déroule en plein été (juillet/août). Alors que le troisième volet nous avait fait le gros des révélations, il restait à Corbeyran à trouver comment pimenter l’intrigue.
Là où nous nous sommes arrêtés, Asphodèle a disparu. Lenny et Andrews cherchent à la retrouver tout en essayant de démasquer l’énorme complot et réhabiliter Asphodèle auprès des autres sorciers. Pendant ce temps, Asphodèle est toujours prisonnière de Bowman : une ancienne connaissance à elle.
Corbeyran est du genre à fournir du très bon, comme parfois du très moyen. À ce titre le mois dernier nous avions l’exemple de son ‘pire’ avec les aventures de Goroïd et Leôdhas. Avec la loi des 12 tables, il s’est offert un défi qu’il n’est pas loin de réussir avec mention. Avec cette série d’albums, il s’offre son ’24 heures’ façon bande dessinée. Et ça marche ! À chaque fois la tension est à son comble. Ce quatrième volet dans le genre est une belle réussite et le prochain tome va se faire désirer. Heureusement pour nous comme c’est en temps réel il n’y a que 2 mois à attendre. Ce qui aurait pu se révéler difficile à maintenir tient jusqu’ici la route, si Corbeyran arrive sans encombre jusqu’au tome 6, il pourra se flatter d’avoir réussi ce nouveau concept.


Djilali Defali continu a épaté. Déjà parce qu’il tient le rythme, mais en plus, parce que de tome en tome il progresse. Son découpage est de plus en plus accès vers le Comics et il s’offre, ou plutôt nous offre, des vrais moments de mise en scène de cases. Pour exemple, la page 43 ou Asphodèle subit une expérience. Les cases ne sont pas traitées en carré ou rectangles, mais sous diverses formes cohérentes formant un ensemble. Certaines perspectives peuvent parfois choquer, mais elles demeurent rares. Le rythme est tel que c’est seulement en regardant après lectures que j’ai été interpellé par une ou deux cases semblant douteuses. C’est dans l’ensemble un sacré boulot accompli, et cela, avec une qualité de travail que certains n’arrivent même pas à atteindre en 1 an.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : La Loi des 12 tables : Volume quatrieme #4 [2006]

Richard B.
84

Plus la loi des 12 tables avance, plus je suis convaincu. Ce genre de série demande d’être lu dans son intégral pour porter un jugement définitif. Mais Defali et Corbeyran tiennent bien la barre et l’arrivée à bon port et sans accroche, risque de se produire. Un défi pas évident à tenir et qui pourtant va se révéler gagnant. Mes doutes sont quasiment partis, me voilà impatient de connaître la suite !

Acheter la Bande Dessinée La Loi des 12 tables : Volume quatrieme en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Loi des 12 tables : Volume quatrieme sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Asphodèle