75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le jour du dragon >

Critique du Roman : Le jour du dragon

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 28 août 2006 à 08:08

Le vol léger du dragon…

Tandis que les autres nains dirigeaient leurs montures vers l’ouest, Falstad fit plonger la sienne vers la mer. Soudain, deux terribles rugissements leur firent lever les yeux. Voldemor et le dragon rouge se défiaient de la voix, chaque cri plus féroce et assourdissant que le précédent. Les deux bêtes avaient déployés leurs ailes et les agitaient avec la même frénésie que leurs immenses serres. Les reflets du soleil sur l’armure de Voldemor lui donnaient une apparence surnaturelle, démoniaque…
Quand un jeu devient légende…
Le Jour du Dragon est le premier roman construit autour de Warcraft, le célèbre jeu de stratégie en temps réel (RTS) de la compagnie Blizzard Entertainment. Il en est également l’une des principales pierres de fondation de cet univers violent axé sur le combat entre le Bien (l’Alliance) et le Mal (la Horde). C’est en effet à travers toute cette série d’ouvrages - à partir de quelques rudimentaires éléments ludiques de départ - que des écrivains comme Richard A. Knaak bâtirent le monde d’heroic-fantasy qui servira de background pour la mise en place du célèbre MMORPG World of Warcraft. Et c’est dans ces livres que le public américain vit pour la première fois apparaître des noms aujourd’hui bien familiers à des millions de joueurs : Kirin Tor, Stormgarde, Alterac, Khaz Modan
Rhonin, frère astral de Frodon?
Ce premier livre raconte l’histoire d’un mage, Rhonin, qui s’en va accomplir une dangereuse quête pour le compte de son collège de magie, le Kirin Tor. En route, il fera des rencontres amicales – la belle elfe Vereesa, le nain Flastad, ou le paladin Duncan - mais aussi de fort dangereuses. Orcs, trolls, dragons et goblins sont au programme de son voyage initiatique que le mènera au cœur d’une montagne, à la recherche d’un puissant artefact. Hum ! Rien de très original, même si l’auteur enveloppe son histoire dans un emballage de conspiration politique et de discussions diplomatiques beaucoup trop légères pour être passionnantes.
Un histoire terriblement conventionnelle
Car hélas, Le Jour du Dragon est terriblement conventionnel. La faute en revenant principalement au support original ; un jeu vidéo orienté stratégie-action qui avait besoin d’utiliser des références pour attirer un public passionné par les thèmes développés par la gamme Donjons & Dragons. En effet, même si le RTS de Blizzard possède quelques particularismes (notamment des originalités physiques, guère réussies d’ailleurs, en ce qui concerne les races), il est imprégné de l’esprit du jeu de Gary Gigax et contient tous les éléments de l’heroic-fantasy mainstream. Et on se rend rapidement compte que ce peut sembler comme un avantage dans le cadre d’un jeu devient un handicap dans le cas d’une œuvre romancée.
Avec un support aussi convenu, il aurait fallu que l’auteur prenne des risques scénaristes pour nous surprendre. Au lieu de cela, il nous offre un mélange du Seigneur des Anneaux, de Bilbo le Hobbit et de la saga des Dragonlance. Les évènements sont donc d’autant plus prévisibles que les personnages sont cruellement stéréotypés et très superficiellement décrits – excepté le personnages le plus intéressant et le moins manichéen du roman, le mage dragon Krasus. Et au final, l’initié à ce genre littéraire ressentira durant toute la lecture une sensation de déjà vu.
Destiné aux jeunes joueurs de Warcraft
Pourtant, le Jour du Dragon est un ouvrage assez plaisant à parcourir. Avec une plume légère et directe, Richard A. Knaak va à l’essentiel, orientant son récit tantôt vers l’action, tantôt vers l’intrigue politique rudimentaire. Même si tout cela manque de profondeur et de style, le résultat est assez distrayant et devrait satisfaire grandement le lectorat le plus jeune auquel cet ouvrage est en priorité destiné (la violence est d’ailleurs beaucoup moins présente que dans les jeux vidéo). L’auteur passe en revue la plupart des éléments de l’univers Warcraft, souvent de manière peu approfondie – comme le rencontre avec les trolls – mais cette légèreté permet aux gamins fans du jeu de retrouver presque tous les icônes qui leur sont chers. Et en, à peine, 350 pages vite lues. De plus, comme l’héroïsme (aveugle) est au rendez-vous, ils seront comblés, faute d’être surpris.

54

En guise de conclusion, je dirais que Le Jour du Dragon, faute d’être original, est assez distrayant à lire. Plutôt bien écrit, même si le style est quelconque, le voyage de Rhonin et de ses amis devrait remplir d’aise les amoureux de l’univers fantasy de Warcraft. Un ouvrage surtout destiné aux adolescents épris de l’univers Donjons & Dragons. Les autres lecteurs risquent de s’y ennuyer quelque peu.

Critique de publiée le 28 août 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • De lecture très facile
  • Pour les joueurs de Warcraft
  • Univers bien structuré

Que faut-il oublier ?

  • Style très léger
  • Histoire convenue
  • Stéréotypes mille fois vus

Acheter Le jour du dragon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le jour du dragon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !