75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Wondertown >

Critique de la Bande Dessinée : Wondertown

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 15 août 2006 à 09:11

Les aventures de Guili-guili

Aïe, me voilà en train de recevoir une bande dessinée avec marquée sur un gros sticker : Prix jeunesse. ‘Gloups’, forcément n’ayant plus l’age des Oui-Oui, je commence à avoir peur de cet ouvrage qui se nomme de plus : Guili-Guili a Wondertown. Mais sous cela, je garde en mémoire une bande dessinée tirée du magicien d’Oz et qui était-elle aussi, créditée jeunesse. Et je me rappelle de la bonne surprise que cela avait été.
Bon, je prends mon courage à deux mains et je me lance dans la lecture. Ah ! De première vu cette bande dessinée est en plusieurs histoires. La première se nomme « Méfiez-vous des blondinettes », sur ce point je suis bien d’accord. Première impression : dessin simple, mais super expressif qui semble faire mouche sur chaque case. Rien que déjà à voir quelques gueules, je fais un léger sourire. Puis ‘hop’, voilà que le héros de cette histoire se voit transformé en ours et il lui arrive plein de petites péripéties jusqu’à la page 14 qui clôture ce premier chapitre. Vehlmann à l’air de s’amuser en écrivant cette bande dessinée et ça à l’air plutôt communicatif, d’ailleurs j’ai oublié mes hésitations et je me lance dans la deuxième aventure en ayant enlevé tous mes arrières pensés.
‘Rififi dans les égouts’ : cela commence avec une starlette qui se nomme Camille. Elle a tous les hommes à ses pieds (ce qui n’est pas rare chez les stars). Mais la grande Camille elle en pince pour le simple Pat et ça ne le laisse pas de marbre. Alors, quand elle se trouve kidnappée, il en faut peu pour que le jeune homme se jette dans les égouts pour la secourir. Une histoire qui m’a bien fait rire et qui visuellement est à la fois très créative et très propre. Je commence sérieusement à me régaler à ce stade de la lecture.


La troisième aventure, plus courte, se nomme ‘des papotis sur l’escalier’. Le dessin amuse toujours dans son aspect expressif et mise en situations. Par contre, il est tout de même moins tape à l’œil et ingénieux que les précédentes histoires.
La quatrième et dernière aventure nous permet d’assister à une partie de basket mémorable. Hilarante et pleine de magie. Là encore, le dessin évite la démonstration et gomme tous les arrière-plans. Dommage, car du coup les couleurs paraissent plus fades que sur les deux premières histoires. Peu importe, Feroumont possède un style indéniable et donne une dynamique tel que le lecteur ne pense plus qu’à suivre les situations de ce match hors-norme créé par Vehlman.

82

Voilà, encore un album jeunesse qui arrive a créé une véritable surprise et qui amuse de bout en bout. Bien entendu, Feroumont et Vehlmann ne réinventent pas l’humour. Mais je ne suis pas vraiment un bon public dans le domaine, pourtant, j’ai ri et plusieurs fois, j’ai passé un ‘vrai’ bon moment en la compagnie de Pat et ses amis. Du coup, je dis vivement la suite !

Critique de publiée le 15 août 2006.

Acheter Wondertown en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Wondertown sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !