75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Résurrections
Résurrections >

Critique de la Bande Dessinée : Résurrections

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 15 août 2006 à 0234

L’Égypte envahit Paris !

Paris, dans les années entourant 1900. Une jeune femme nommée Margot coexiste avec un esprit égyptien et traque avec la police d’autre possédant le même pouvoir qu’elle, mais qui penchent vers le côté obscur des ‘inspirées’.
Denis-Pierre Filippi est un bon conteur d’histoire, dès son introduction se déroulant en 1988, il nous glisse dans les fouilles archéologiques de l’époque et invoque en nous le côté aventure. Son histoire ne manque pas de péripétie et de pointes d’humour. De même, l’idée de ses ‘inspirés’ qui cœxistent avec des esprits antiques et bien pensés et interpelle très vite le lecteur, nous avons très vite envie d’en savoir plus sur comment peut cœxister deux êtres. C’est là-dessus que je trouve d’ailleurs que le scénariste ne s’attelle pas assez. Nous tombons vite dans une simple traque, alors que le côté vraiment intéressant était la liaison entre Margot et son hôte pour l’instant pas assez exploité. L’auteur arrive cependant très vite à nous attacher au personnage de Margot qui possède un caractère assez fort pour amuser et créer une sympathie. J’ai donc lu cette première aventure avec un certain plaisir d’autant que le découpage est parfait et la lecture se fait très facilement. Enfin presque. Puisque parfois j’ai tout de même bloqué parfois sur le dessin.


Le dessin de Silvio Camboni n’est pas désagréable, au début il reflète même une certaine personnalité et procure même de l’amusement quand nous percevons pour la première fois la jeune Margot. De même, son découpage de case est assez ingénieux et possède du rythme. Mais entre la première page et la dernière, j’ai eu maintes fois un sentiment de baisse de qualité. Comme si l’auteur allait de plus en plus vite et s’intéressait de moins en moins à ce qu’il accomplissait. De plus, son encrage manque de finalisation et donne des impressions sérieuses de cases bâclées. D’autant plus regrettable qu’il ne manque vraiment pas grand-chose pour impressionner.
Les couleurs de Vance Caines sont trop informatisées. Si elles sont assez agréables à l’œil, du moins ne gêne pas la lecture, je regrette la façon dont il a traité les esprits antiques. Et je regrette qu’il n’ait pas essayé de créer une colorisation moins classique dépassant le stade du déjà vu.

La conclusion de

Néfésis, résurrections est un album plaisant à lire qui ne manque pas de bonnes idées et qui à un fort potentiel. Il reste quelques imperfections qui l’empêchent de prendre son envol. La suite des aventures corrigera peut-être certaines choses pour donner de l’ampleur à ses idées qui sont vraiment intéressantes et qui peuvent conduire à des aventures palpitantes. Il est trop tôt pour juger du devenir de la série, le potentiel est là, reste aux auteurs de pousser le concept et d’améliorer deux ou trois points.

Que faut-il en retenir ?

  • Le découpage
  • L’idée des ‘inspirées’
  • Le rythme

Que faut-il oublier ?

  • L’encrage
  • Les couleurs d'ambiances pas toujours au top

Acheter Résurrections en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Résurrections sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+