75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le chant du cosmos
Le chant du cosmos >

Critique du Roman : Le chant du cosmos

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 2 août 2006 à 0718

le chant du cosmos

"Yeff marqua une pause devant la porte vitrée qui le séparait encore de Diasphine, de la réalité de ce monde si différent de celui où il avait grandi..."
Yeff est un océanien, spécialisé dans le domaine linguistique, atterrissant sur la planète Diasphine où il fait tout d'abord une bien étrange rencontre avec un petit maedre ressemblant être à une peluche inoffensive. La coïncidence étant ce qu'elle est, il fait ensuite la connaissance d'une Muse, espèce de coach pour champions du Jeu...
Avec la réédition de la saison de la sorcière, J'ai Lu édite en poche également le chant du cosmos de Roland C. Wagner. Deux oeuvres et deux approches différentes du roman SF. L'une des deux étant un space opera cosmique, l'autre est une parodie grinçante de la chasse aux sorcières du XXème siècle d'un grand pays. A vous de retrouver les noms des romans à partir de ces maigres indices.
Comme souvent avec R.C. Wagner, les apparences sont trompeuses et les personnages parfois caricaturaux. Ainsi, on retrouve notre héros venant d'une planète où on ne mange pas de viande, où le crime ne peut provenir que de deux sortes d'actes, où le respect et l'harmonie règnent depuis des éons. Un parfait ingénu, quoique... Or il débarque et rencontre le maedre (un animal de compagnie plutôt collant) sur cette planète où le vice existe, où le Jeu existe. Le Jeu... Il consiste à une sorte d'affrontement mental entre les différents participants qui ont un don spécifique. Or le combat, s'il y a lieu doit se dérouler dans les règles de l'art. Mais ces règles risquent d'être bafouées par des pratiquants plutôt incisifs. Et de là par l'enquête. Car ce roman aux allures de space opera contient une intrigue que plusieurs personnages vont s'efforcer de résoudre, dans une trame sympathique où le lecteur est tout d'abord déboussolé, tant il ne voit pas où il s'engage. Mais il se laisse faire sans broncher car le paysage est beau, les mondes attrayants, les personnages rencontrés attachants, peut-être un peu à la manière de la fantasy. C'est finalement inclassable. On sent la patte de l'auteur, son humour sous-jacent qui est comme contenu ici par R.C. Wagner, de peur de conduire son roman à la parodie, ce dont manifestement il ne voulait pas pour ce roman en particulier. Si bien que l'ironie est en sourdine, les procédés humoristiques sont très atténués, et le maedre touchant qui ajoute son brin de douceur, tandis que les mauvais garçons ne semblent pas si terribles que ça. Manichéen ? A vous de lire, à vous de découvrir le secret cosmique, à vous le voyage ...

La conclusion de

Le chant du cosmos est un moment de space opera où l'impression de tourisme sidéral est sans commune mesure, à travers les péripéties de cet océanien au don étrange pour le Jeu. Roland C. Wagner nous y montre une grande étendue de son talent sans son humour habituel.

Acheter Le chant du cosmos en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le chant du cosmos sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+