75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Larmes de Cendres
Larmes de Cendres >

Critique de la Bande Dessinée : Larmes de Cendres

Avis critique rédigé par Lucie M. le lundi 17 juillet 2006 à 1151

Mille Visages apparaîtra encore et toujours !

Mille Visages est un démon ancestral possédant les corps de nombreuses personnes et de nombreux animaux pour assouvir sa soif de domination mondiale et sa soif de vengeance ! L’histoire se passe dans les années 1840 dans une Amérique où il ne fait pas bon de vivre quand on est indien. Le démon Mille Visages a été surnommer ainsi par les Sioux du Dakota. Larmes de Cendres est l’avant-dernier tome de la série Mille Visages. Nous retrouvons notre héros Warren Quinn, ancien jeune chirurgien, toujours dans l’ouest américain et toujours soucieux de se retrouver face au démon Mille Visages. Nous le retrouvons cohabitant avec son ami William et sa femme Lisa, tous deux victimes du charme quasi surnaturel de Warren Quinn.
Dans ce tome 4, grâce aux retours en arrière, toujours présents dans la construction de cette série Mille Visages, nous en apprenons beaucoup sur la véritable nature des multiples meurtres du père de Warren Quinn ! Chose intéressante puisqu’elle renforce efficacement le lien qui existe entre le démon Mille Visages et notre héros Warren Quinn. Cela relève également la ténacité du démon Mille Visages à vouloir se venger de ce dernier.


Philippe Thirault arrive toujours à composer des scénarios aux personnages torturés, à la double personnalité et à la stature héroïque. Celui de Warren Quinn en est l’exemple type surtout en ce qui concerne le dernier point grâce à son physique de jeune premier et grâce à son courage hors norme. L’ambiance générale de la série Mille Visages est bien sûr accès sur la colonisation des hommes blancs – revanchistes et ignobles – envers les peuplades indiennes, mais le tout est saupoudré d’une ambiance très sombre à la virtuosité fantastique. Virtuosité d’un scénario bien construit qui mène par le bout du nez le lecteur et cela depuis le premier tome. Le démon Mille Visages en est la plus grande preuve puisqu’à aucun moment le lecteur ne devine réellement ce qu’il est réellement et ce qu’il recherche réellement. Premièrement, car il change constamment d’apparence et deuxièmement, car il faudra attendre le tome 5 pour que cette série mêlant western et horreur prenne toute sa grandeur !
Le dessin de Marc Malès prend beaucoup d’ampleur au gré des tomes de la série Mille Visages et celui-ci parvient, grâce à l’emploi d’un encrage presque abusif, à développer une sorte de noirceur dans le regard des personnages ou dans leurs expressions. Son coup de crayon oscille entre le réaliste et un style presque suranné car la morphologie des personnages est d’allure caricatural et elle rappelle la touche qu’avaient les personnages dans la publicité américaine des années 60. Marc Malès emploie également beaucoup de gros plan sur les visages et cela agrémente aussi leurs expressions toujours graves presque envahissantes. La mise en couleur est également parfaite pour agrémenter cette sensation de corruption qu’insinue le démon Mille Visages à chacune des pages que nous lisons. Elle est réalisé par Jean-Jacques Rouger et elle est de facture très sombre. Une très belle réussite de cette coloration et de ses tons s’alliant très bien avec le dessin de Marc Malès se découvre de la page 49 jusqu’à la page 56 durant la bataille des Sioux contre des officiers sudiste. Un subtile rouge sombre teinte élégamment le tout ! C’est magnifique…

La conclusion de

Larmes de cendres titille encore plus nettement le lecteur en ce qui concerne le véritable sens de la présence sur terre du démon Mille Visages. Nous retrouvons les mêmes personnages à la personnalité troublée par les vicissitudes de la vie dans l’ouest américain et encore plus durement vivable à cause de ce démon terrible et vicieux qu’est Mille Visages. Philippe Thirault sait comme toujours construire un album avec des retours en arrière très intéressants qui englobent notre lecture de manière forte et mystérieuse. Le tout se calquant très bien au dessin de Marc Malès qui prend depuis le tome un une ampleur toute vêtue de noirceur grâce à la sombre coloration de Jean-Jacques Roger et grâce à l’emploie d’un encrage abusif qui donne une profondeur aux visages des personnages. Larmes de cendres est l’avant dernier tome de la série Mille Visages qui devrait se terminer dans une véritable apothéose de carnage et de noirceur !

Acheter Larmes de Cendres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Larmes de Cendres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+