75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Jeepers Creepers, le chant du diable
Jeepers Creepers, le chant du diable >

Critique du Film : Jeepers Creepers, le chant du diable

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le lundi 24 mars 2003 à 1405

Jeepers Creepers

Mauvaise rencontre...
Si somme toute le film de Victor Salva emporte l’adhésion et laisse une agréable impression, c’est plutôt grâce à sa première heure, très maîtrisée et parfois bien flippante. Car sur la longueur, le film déçoit malheureusement un peu.
Toute la première partie du film est en effet très réussie. Mettant en scène deux jeunes gens pour une fois pas crétins (très bien interprétés par les deux comédiens, loin des stéréotypes des ados de sitcom) qui s’enfoncent dans une situation de plus en plus glauque, le réalisateur fait monter la pression avec efficacité. D’un début qui rappelle forcément Duel (avec le camionneur invisible et peu aimable), on plonge très vite dans l’horreur graphique lorsque les deux héros découvrent sous une vieille église le repaire du chauffeur de camion, visiblement bien remué de la tête si l’on en croit les trophées de chasse (des corps humains) qu’il collectionne. Et ce n’est que le début, puisque reprenant la route, les héros se retrouvent prise en chasse.
Cette mise en place rapide et efficace fait vraiment la force de Jeepers Creepers, puisqu’on ne sait pas vraiment à quoi s’attendre et que le film distille les éléments avec intelligence. Victor Salva fait preuve d’une mise en scène imaginative jouant avec facilité du cadre (voir le coup de phares qui se rapprochent alors que l’héroïne ne s’en rend pas compte) pour asseoir une ambiance horrifique et malsaine qui marche très bien. Certaines scènes (le coup de téléphone dans le bar, la visite chez la grand-mère bizarre) relancent l’action de fort bonne manière tout au long de cette première heure particulièrement agréable. Très accrocheur, le parti-pris de révéler au fur et à mesure des éléments sur l'adversaire des personnages fonctionne très bien, et l'on découvre avec eux la vérité jusqu'au plongeon dans le surnaturel.
Malheureusement, c’est par la suite que le film s’embourbe un peu. Il s’essouffle, comme si le réalisateur ne savait plus vraiment quoi faire des éléments pourtant très bien mis en place. Une fois l'identité du tueur révelée, le film se répète et cafouille. Ainsi, les rebondissements dans le commissariat sont assez incompréhensibles et peu passionnants. Le personnage de la voyante, qui vient se surajouter à l’intrigue, est complètement raté et le rythme pourtant très efficace du premier segment retombe mollement.
Au final, la fin (très sombre) emporte quand même le morceau mais on ne peut que regretter que le film ne tienne pas la longueur. Reste quand même le plaisir d’avoir vu un bon vieux film de monstre à l’ancienne.

La conclusion de

En ces temps de second degré obligé, Jeepers Creepers, qui joue la carte du film de trouille décomplexé, fait plaisir à voir. Installez vous confortablement et détendez vous : Jeepers Creepers, inégal mais bien plaisant, va être un bon moment de cinoche pour peu que vous aimiez le genre.

Acheter Jeepers Creepers, le chant du diable en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jeepers Creepers, le chant du diable sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Jeepers Creepers, le chant du diable

En savoir plus sur l'oeuvre Jeepers Creepers, le chant du diable