75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La Fabrique des mères éplorées
La Fabrique des mères éplorées >

Critique de la Bande Dessinée : La Fabrique des mères éplorées

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 26 juin 2006 à 0219

L’arrivée ou le retour de madame ?

Kim est une femme heureuse, elle a un mari aimant qu’elle aime en retour, elle est un modèle avec une certaine bonne renommée, puis surtout elle s’apprête à être une seconde fois maman. Mais voilà, madame alias la mort a décidé de contrarier la vie de Kim.
Le scénario de ce premier tome signé Zidrou est plutôt palpitant et intrigant. Si l’auteur a écrit plus d’une vingtaine de livres pour enfants chez Casterman, cette bande dessinée est loin de se destiner à la même cible. Protecto, la fabrique des mères éplorées et à l’inverse très noir et tragique. Zidrou par une scène forte d’introduction, un incendie, met tout de suite dans l’ambiance et cette fameuse ‘madame’ paraît réellement terrifiante. Cependant, ce premier tome est faussement un premier tome, puisqu’il existe un album genèse, qui certainement en dit plus. Une fois arrivée à la fin il reste bien trop de mystère et de point d’interrogation, beaucoup d’éléments perturbent et ne semble pas compréhensible. À ce stade, ou la genèse y répond (pas lu), ou le tome 2 « Madame » devra s’en charger. Dans tous les cas, ce premier tome à lui seul est peu compréhensible et si l’album est palpitant ; arrivé à la fin, le lecteur se pose beaucoup de questions et espère qu’il y trouvera des réponses à la prochaine aventure.


Le dessin de Matteo est assez délicat au premier abord à aborder. Au départ j’ai été assez perturbé par des yeux ronds, ils donnaient un air bizarre et pas toujours expressif à ses personnages. Cependant au fur à mesure je me suis habitué aux regards de ces yeux bien ronds. Surtout, que les corps des personnages sont eux très expressifs et communiquent parfaitement ce qui se déroule. Matteo élabore ses découpages de cases de manière intelligente et toujours en adéquation pour exprimer au mieux tous les sentiments. Du coup les yeux ronds finissent par se définir comme un style du dessinateur. Matteo qui fait aussi ses couleurs arrive parfaitement à faire ressortir ses Noires et ses cases sont d’une très belles visibilités. Matteo d’ailleurs joue énormément avec les couleurs, évitant trop les effets, mais utilisant des tons particuliers pour les ambiances et quelques couches de matières quand il le faut.

La conclusion de

Un album où je réserve mon jugement. Il peut-être très bon, comme très décevant. À l’état actuel, ce tome 1 ne se suffit pas et nous ne connaissons pas assez d’éléments pour comprendre toutes les pièces. Mais dans le cas d’une suite réussie, ce premier tome peut vite devenir une très bonne BD. Pour l'instant, je n’arrive pas encore à me faire une véritable opinion.

Acheter La Fabrique des mères éplorées en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Fabrique des mères éplorées sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Protecto

En savoir plus sur l'oeuvre Protecto