75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Wonderful
Wonderful >

Critique du Roman : Wonderful

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 18 juin 2006 à 0756

Fin du monde à Londres

"L'enregistrement paraît vieilli, craquelé. - Maintenant, nous avons plus de recul. J'ai désormais à l'esprit l'image vague et merveilleuse d'une vie se répandant lentement depuis ce grain de poussière du système solaire jusqu'à l'immensité inerte de l'espace sidéral tout entier..."
La fin du monde est proche. Cela fait quelques mois que cela a été annoncé et rien ni personne ne peut agir contre cette catastrophe planétaire. Loom quitte sa bien-aimée Pooh pour se rendre à l'hôpital lorsqu'il se retrouve emporté comme une tornade dans une course poursuite et contre la montre, d'hommes en noir et de film qu'il faut absolument récupérer...
ça commence dans la tristesse. L'introduction. Un solo peut-être.
La résignation est le seul sentiment qui ait sa place dans ce monde. La fin du monde est proche. Tout le monde va mourir. Pourquoi tous ces hommes et femmes restent ils à leurs occupations et leur emplois comme ci de rien n'était, comme s'il fallait continuer jusqu'à la grande illumination ?
Et puis l'étincelle. Premier mouvement. Je mettrais bien un violoncelle.
Loom est comme les autres gens, il veut se persuader que ce qu'il fait encore aujourd'hui est utile. Et c'est la rencontre, intrigante avec ce malade qui semble fou et parle d'hommes en noir. Un début de mystère que Loom doit impérativement éclaircir. Pour lui, pour sa femme mourante Pooh.
La rencontre avec Majordome. Piano. Quelques cuivres. Obligatoirement.
Alors la tristesse fait place à l'allégresse, la magie, un monde fantastique, l'aventure commence sur quelques mouvements de valse, auxquels les percussions apporte par moment du rythme, pendant que les personnages se préparent au plus grand marathon avant la fin du monde. Un peu de rock, un grain de folie, deux doigts de yéyé, que sais-je, un slow, deux peut-être ? Et pendant ce temps, il faut retrouver le film...
Allez, soyons fous: célèbre ouverture de Guillaume tell!
Ce roman est comme un morceau de musique, avec différents temps, différents mouvements, aux personnages attachants, une intrigue des plus originales, même si l'on peut l'apparenter au neverwhere de Neil Gaiman, il apparaît que le contexte et le développement sont incontestablement différents. C'est un livre que l'on ouvre et que l'on a du mal à refermer, le lecteur étant avide de connaître la suite, tout en poésie et humour, avec des personnages gothico-victoriens parfois désopilants, des héros apparemment indestructibles quoique...
Lisez le !

La conclusion de

Roman étrange fantastique rempli de poésie et d'humour, Wonderful devrait vous conquérir aussi.

Acheter Wonderful en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Wonderful sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+