75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Le serment de Cassandra
Le serment de Cassandra >

Critique du Roman : Le serment de Cassandra

Avis critique rédigé par Lucie M. le samedi 3 juin 2006 à 1553

Une lecture trop courte mais néanmoins agréable !

"Cassandra mène une vie simple dans son petit hameau morvandiau. Un soir, elle rencontre sur la route une étrange vieille dame qui disparaît mystérieusement, après avoir laissé sur le siège de la voiture une ancienne pièce de monnaie syrienne. Dès lors, des rêves étonnants assaillent le sommeil de la jeune femme. Des rêves où elle croise un magnifique Sultan, dans un palais aux splendeurs de l’Orient. Bientôt, elle apprend que l’apparition n’est autre qu’une messagère venue de l’autre monde. Et, quand son amie Lucia lui propose de partir pour un voyage pour la Syrie , elle comprend que son destin est de s’en aller là-bas, où on l’attend impatiemment. Mais il semblerait que des forces occultes tentent d’empêcher le départ…Parviendra-t-elle, malgré tout, à rejoindre celui qui changera sa vie à tout jamais ?"
Un roman d’une troublante sensibilité. Un roman qui nous transporte entre rêve et réalité, mais également entre passé et présent comme l'est souvent Cassandra au gré des pages. Le Serment de Cassandra est également une œuvre romantique où l’amour n’est pas un sentiment à prendre à la légère puisqu’il nous est présenté comme une chose impossible, à l’exemple du couple Roméo et Juliette. Un amour impossible, tragique, mais tout du moins sur notre Terre.
Également, l’auteure nous invite dans un récit entrecoupé d’apparitions fantomatiques bien connues de nos régions françaises. Céline Guillaume fait référence à la Dame Blanche, femme souvent morte dans un accident de voiture, venue hanter le lieu de sa mort pour prévenir les vivants d’un danger routier. Cette Dame Blanche est également connue dans une représentation plus romantique ou voire gothique puisqu’elle peut être représentée dans un tableau ancien figurant sur l’un des murs d’un château familial où elle hante les couloirs. Cependant, l’auteure emploie la Dame Blanche des routes campagnardes françaises puis également comme étant le déclencheur des faits fantastiques qui suivront la belle Cassandra au gré de sa quête d’amour et de vérité.
Malgré cela, notre lecture s’avère fort courte et nous laisse songeurs puisque nous voudrions que Céline Guillaume développe un peu plus son récit. D’ailleurs, à certains changements de paragraphes nous avons un effet de coupure nette entre ce que nous venons de lire et la suite qui continue sous nos yeux. C’est assez déstabilisant comme si l’auteure s’était censurée en amputant des phrases à son histoire. Mais le plus frustrant c’est quand enfin Céline Guillaume nous invite à la cour du Sultan dans ce beau palais oriental, un moment que nous attendions avec tellement de curiosité et d’impatience que nous sommes sincèrement affectés que cela se finisse en quelques paragraphes. L’auteur distille avec parcimonie ses descriptions si colorées qui auraient pu agréablement être plus étoffées pour laisser en nous une trace moins périssable.

La conclusion de

Cassandra ne serait-elle pas la double littéraire de l’auteur Céline Guillaume ? Car l’auteur y met de son cœur, de ses tripes dans son histoire et cela est réellement troublant. Nous le ressentons dès les premières pages parcourues. Même si nous avons la sensation que le Serment de Cassandra aurait dû être un peu plus étoffé, cette lecture est tout à fait agréable !

Acheter Le serment de Cassandra en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le serment de Cassandra sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+