75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du manga : Amiral Yi Sun Shin #2 [2006], par Lionel B.

Avis critique rédigé par Lionel B. le vendredi 26 mai 2006 à 07h54

Inspiration quand tu nous tiens…

Nous retrouvons nos deux héros, Sun Shin et Whan, accompagnés du petit chien, en difficultés face à un monstre qui se nourrit d’êtres humains et de monstres pour augmenter ses capacités. Tiens, cela me rappel fortement Dragon Ball Z. Mais oui, souvenez de Boubou, l’extraterrestre tout rose qui emprisonnait les amis de Songoku dans son corps pour augmenter sa puissance. Voilà donc une première inspiration dans Amiral Yi Sun Shin. Le copiage ne s’arrête pas là. Seo Seok-Geun va chercher des idées dans d’autres mangas plus récents. Ainsi, le passé de Sun Shin fait énormément penser à la jeunesse de Naruto. En effet, ils sont tout les deux des « monstres ». Ces deux jeunes garçons disposent sur eux une marque qui permet de sceller le monstre qui est en eux. De plus, tout deux sont exclus en raison de leur différence. L’originalité n’est donc toujours pas au rendez-vous. Cependant, le plagia s’intègre très bien à l’histoire et s’oublie assez vite. Le passé de Sun Shin nous présente un petit garçon attendrissant qui souhaiterait s’intégrer dans une société qui le rejette. De plus, le petit chien est toujours là pour nous faire rire et les combats particulièrement présents donnent énormément de rythme à ce manhwa. Le divertissement est bien là et c’est l’essentiel. L’histoire commence à prendre forme avec ce second tome. Une histoire qui a tout de même encore son lot de mystère. Nous savons désormais qui est Sun Shin et quel est son but. Nous découvrons également le méchant de l’histoire.
Le dessin reste de bonne qualité. Les monstres sont mieux réussis que dans le précédent tome avec un côté un peu plus horrifique et ils ont un peu plus de charisme. Le design des personnages principaux est aussi très réussi et varié. Ainsi on retrouve un design pour le petit chien très carré et simpliste tandis que Sun Shin et Whan bénéficient d’un design plus fouillé. Dans l’ensemble le trait est assez épais et le style est ancré dans le manga. Un grand soin est apporté au niveau des accessoires, c'est-à-dire tant en ce qui concerne les tenues que des armes. Enfin, en ce qui concerne les décors, ceux-ci sont détaillés et nombreux.

La conclusion de à propos du Manga : Amiral Yi Sun Shin #2 [2006]

Lionel B.
61

Beaucoup d’inspirations d’autres mangas dans ce second tome. Cependant, Amiral Yi Sun Shin parvient à divertir grâce à une action constante et un humour décapant. Il est trop tôt pour dire si ce titre parviendra à rivaliser avec les plus grand du genre (Naruto, Dragon Ball) tant l’histoire conserve des zones d’ombres. Pour l’instant, il s’agit d’un simple shônen version coréenne de plus qui dispose d’un certain dynamisme mais pas plus.

Que faut-il en retenir ?

  • Un dessin sympathique
  • Pas le temps de s'ennuyer tant l'action est omniprésent
  • Le petit chien délirant

Que faut-il oublier ?

  • Il y a un manque total d'originalité

Acheter le Manga Amiral Yi Sun Shin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Amiral Yi Sun Shin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Amiral Yi Sun Shin

  • Voir la critique de Amiral Yi Sun Shin : Au menu : de l’action et un peu d’humour
    60

    Amiral Yi Sun Shin Critique du manga par Lionel B.

    Au menu : de l’action et un peu d’humour : Amiral Yi Sun Shin s’annonce comme un titre très orienté baston avec une pointe d’humour, tel un vrai shônen. Même si l’originalit…
    Temps de lecture : 3 mn 6