75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Olympos >

Critique du Roman : Olympos

Avis critique rédigé par Manu B. le samedi 27 mai 2006 à 04:29

Olympos (import)

Hockenberry a réussi le pari d'allier les Troyens et les Grecs pour combattre les dieux de l'Olympe, grâce au soutien des moracs venus des confins du sytème solaire. Sur Terre, les old style humans que sont Daeman, Harman, Ada et Hanna ont contribué à l'effondrement en orbite de la Firmerie avec la créature Caliban si bien que les humains sont maintenant livrés à eux-mêmes...
Ilium nous laissait avec beaucoup de questions, à savoir: qui sont les dieux de l'Olympe ? Qu'est ce que la créature Caliban ? Où et quand se trouve la scène de siège de Troie ? Comment sont apparus les old style humans ? Qui sont les post-humans ?
Le fait est que Dan Simmons avait réussi un vrai chef-d'oeuvre avec les Cantos d'Hypérion et qu'il est difficile de concevoir un deuxième chef-d'oeuvre après cela. Depuis, il s'était consacré au polar, de belle manière pour pouvoir digérer ce succès commercial salué par toutes les critiques. Il revient avec Ilium/Olympos avec une idée des plus originales, tout en se faisant plaisir, lui l'homme de lettres classiques, puisqu'il lui permet de revisiter le mythe de Troie, les chants d'Homère au travers d'une fresque grandiose. La difficulté pour lui a été d'éviter d'utiliser les ficelles qui ont permis le succès d'Hypérion. En pure perte. Déjà-vu ? Oui, la trame a un goût de Hyperion. Le Gritche a, par exemple, été remplacé par ces Voynix, par la créature Caliban ou par Setebos. Comme avec Hyperion, ou l'homme nu, Dan Simmons aime s'aventurer dans les eaux de la religion car ici encore, il s'interroge encore sur la validité d'un ou plusieurs dieux. Aujourd'hui, il est vrai que nos dieux ont changé, comme le racontait Neil Gaiman dans American gods, mais quelle est leur validité face à l'Unique ? Il nous refait le coup de l'élu qui répandra la bonne nouvelle. C'est encore une Enée.
Ceci étant dit, si la forme a un goût de recyclé, Dan Simmons est resté un incroyable raconteur d'histoires. Il sait nous faire palpiter avec des situations dramatiques, une suspense parfois haletant, une tension palpable. Ilium se joue et se rejoue invariablement mais sous des formes différentes. Et il y a toujours cet homme qui, face à l'horreur de la vérité, menace d'imploser. Les personnages sont toujours entiers, humains, touchants.
Enfin, Dan Simmons a aussi cette volonté d'utiliser ce qu'il y a de mieux dans la science fiction du moment -il est vrai qu'il n'invente rien- pour le synthétiser en un grand opera cosmique. c'est ainsi que nanotechnologies cellulaires et téléportations quantiques sont les thèmes de background de ces romans. Et quand Simmons les utilisent, il le fait bien. Par contre, quand il utilise, comme thème de fond, la religion, c'est un peu plus casse-gueule. Surtout quand l'un des conflits actuels sert de source originelle, c'est on ne peut plus criticable.
Bref, ce deuxième volet n'est pas le chef d'oeuvre que l'on attendait -Après Hyperion, il ne pouvait que nous décevoir-, la fin déçoit beaucoup par sa rapidité et son explication, mais il a su éviter les longueurs (encore présentes mais moins nombreuses), notamment des dialogues des héros de la guerre de Troie de Ilium, pour passer la vitesse supérieure en termes de proportions, d'action, de scènes dramatiques, cataclysmiques, d'horreur pour nous faire palpiter un peu plus.
Les légendes de la Grèce Antique sont complètement revisitées.

80

Comme pour les cantos d'Hypérion, Dan Simmons, dans la suite d'Ilium, nous donne toutes les explications sur les post-humans, les olds-style humans, Prospero, Setebos, Sycorax, Caliban, les Achéens, les Grecs, le rayon bleu de Jerusalem, les Voynix, les dieux de l'Olympe, les QT dans un roman où l'horreur, le chaos et la destruction se fera de plus en plus présents jusqu'au feux d'artifices finaux.

Critique de publiée le 27 mai 2006.

Acheter Olympos en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Olympos sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !