75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Emergence #2 [2003], par Manu B.

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 17 mai 2006 à 06h29

Quelques longueurs

"Ione Saldana se tenait devant les portes du wagon et attendait leur ouverture avec impatience. La rame ne peut aller plus vite, grommela Tranquilité, percevant le flot de ses émotions par le lien d'affinité..."
La peste est apparue, les hommes zombies sont apparus, mais l'univers connu n'est pas encore au courant de ce mal qui ronge Lalonde, comme une gangraine qui gange les habitants les uns après les autres. Joshua Calvert embarque un homme dénommé Quin Dexter pour Norfolk. Il ne sait pas qu'il vient de donner le germe du mal à l'univers...
Après Lalonde, la Galle, le mal prend de l'ampleur avec sa prolifération à travers les deps. Sauf que son avatar a un autre nom: Laton. On découvre que ce personnage a un passif plus lourd que Quinn Dexter, qui pourtant était, outre son appartenance à une secte sataniste, déjà l'incarnation du mal.
On a encore l'impression que Peter Hamilton en est encore au stade del'introduction puisqu'il nous présente encore une planète -Norfolk- sur laquelle il faut recommencer la description des moeurs socio-économiques. Et on peut dire que Peter Hamilton aime peaufiner ses planètes, un peu à la manière de Jack Vance, le maître es planet opera, en y ajoutant la touche psychologique de ses personnages, ce qui humanise grandement le cadre général. Ceci étant dit, il multiplie les personnages, ce qui embrouille parfois le lecteur et l'oblige à ne pas lâcher son livre, un procédé un peu artificiel pour maintenir son attention.
Du coup, la multiplication des personnages et des lieux, au profit d'anciens, alourdit l'ensemble, car après s'être habitué à certains d'entre eux, il faut se familiariser et mémoriser les nouveaux. C'est donc une lecture un peu difficile qui attend le lecteur. Malgré ces défauts, on plonge peu à peu dans l'essentiel: le combat entre le Mal et le reste de l'univers. On n'y perd pas trop au change. Attendons la suite pour voir si cela se décante un peu plus. Wait & see.

La conclusion de à propos du Roman : Emergence #2 [2003]

Manu B.
65

Beaucoup de longueurs dans ce roman, notamment sur la planète Norfolk et ses larmes. Le décor finit d'être planté au détriment du rythme parfois lent et d'un style inégal. Attendons la suite.

Acheter le Roman Emergence en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Emergence sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Aube de la Nuit

  • Voir la critique de Conflit : L'Alchimiste
    80

    Conflit Critique du roman par Manu B.

    L'Alchimiste : Conflit, tout comme l'était Consolidation, nous place dans la meilleure partie du cycle où la phase d'observation et d'organisatio…
    Temps de lecture : 3 mn 6

  • Voir la critique de Consolidation : Le retour d'Al Capone
    80

    Consolidation Critique du roman par Manu B.

    Le retour d'Al Capone : Consolidation est encore un bien bon moment à passer aux côtés de Joshua, Ione et les autres.
    Temps de lecture : 3 mn 16

  • Voir la critique de Expansion : Expansion
    85

    Expansion Critique du roman par Manu B.

    Expansion : Expansion est le troisième volet de Rupture dans le réel. Au contraire des deux premières parties, on entre de plain pied dans le …
    Temps de lecture : 2 mn 5

  • Voir la critique de Genèse : Introduction
    70

    Genèse Critique du roman par Manu B.

    Introduction : A l'origine en deux romans Grands Formats, Rupture dans le réel se décline en 3 poches. Le découpage est parfaitement, le lecteur…
    Temps de lecture : 2 mn 48