75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La musique du sang
La musique du sang >

Critique du Roman : La musique du sang

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 10 mai 2006 à 0829

La musique dans la peau

La musique du sang raconte l'histoire d'un jeune scientifique ambitieux et solitaire qui découvre le moyen d'améliorer des globules blancs en leur donnant la faculté d'apprendre et à communiquer entre eux, ceci étant les prémices vers leur intelligence. Son labo découvre ses agissements secrets et décide de le renvoyer, Vergil Ulam n'a alors plus qu'une solution pour sauver son expérience : s'injecter dans le sang ces lymphocytes spéciaux pour les sauver de la destruction.
Doté d'un scénario original, le roman de Greg Bear est truffé de phrases et de concepts scientifiques. Ca me rappelle mes nombreux cours de biologie et de génétique, des cours sur l'ADN et les acides aminés ATGC, des souvenirs utiles pour mieux comprendre les fondements de l'histoire. De ce point de vue, les personnes n'ayant pas fait d'études scientifiques auront du mal à s'y retrouver dans ce jargon spécialisé. Mais heureusement ce n'est pas le point le plus important pour apprécier l'histoire; après tout, nous ne sommes pas à un oral du concours de médecine. L'histoire avance à son propre rythme, un rythme plus lent que celui que laisse entrevoir le quatrième de couverture. Si l'injection des lymphocytes arrive rapidement, leur interaction avec Vergil semble beaucoup plus lente que prévue ce qui laisse le temps à l'auteur de bien poser ses personnages et se dépeindre leur psychologie avant les évènements majeurs. Tout l'entourage de Vergil va donc être analysé, de sa mère à son meilleur ami en passant par sa copine, avant de se transformer. Le livre est d'ailleurs organisé comme une maladie avec la phase d'infection, d'incubation, de contagion puis de contamination.
Comme tout bon roman d'anticipation, la lecture se fait sur deux niveaux. Le premier niveau concerne l'histoire elle-même - et nous venons d'en parler - le second niveau est un message de mise en garde destiné à la communauté scientifique. Ecrit dans les années 60, une période de rapide évolution scientifique surtout dans le domaine de la génétique où les avancées furent nombreuses, le roman donne une vision de l'évolution possible de l'humanité, évolution à qui l'homme peut donner un sacré coup de pouce dès lors qu'il touche à ses briques et à sa mémoire : l'ADN. Sans être alarmiste ni optimiste, Greg Bear en bon scientifique nous expose les faits et les analyse des deux points de vue : de l'homme et des globules blancs. C'est ensuite au lecteur de juger les deux formes de vie d'après les avantages et inconvénients de chacune d'elle. Il n'y a pas de vainqueur et de vaincu comme dans certaines histoires manichéennes ou tout est bien tranché, non, c'est juste une évolution de la vie qui peut être bonne ou mauvaise, on n'en sait rien.
L'histoire se déroule en partie dans les rues de New York et notamment dans le World Trade Center. Il était difficile à l'époque d'imaginer la destruction d'un tel édifice et ça fait tout drôle de se l'imaginer encore debout, trônant fièrement sur Big Apple. Idem pour les russes qui sont encore très militarisés et nerveux, prêts à envoyer leurs missiles sur les Etats-Unis. Ces deux détails donnent un petit coté rétro au roman qui sur le moment perd un peu en crédibilité mais heureusement la très bonne mise en scène de l'histoire nous fait replonger quelques secondes plus tard.

La conclusion de

Un roman d'anticipation intéressant qui nous met en garde contre le génie génétique et la perte de contrôle des expériences. Le scénario très original couplé aux détails scientifiques plausibles de l'expérience font de ce livre une histoire inquiétante mais passionnante. Avis aux futurs chercheurs...

Que faut-il en retenir ?

  • L'originalité du scénario
  • L'évolution de la vie poussée à l'extrême
  • La base scientifique de l'histoire

Que faut-il oublier ?

  • L'ennemi russe et la présence du World Trade Center empêchent l'immersion totale dans cet univers dérivé du monde des années 60.

Acheter La musique du sang en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La musique du sang sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de La musique du sang

En savoir plus sur l'oeuvre La musique du sang