75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Musique : Le retour du Jedi OST
Le retour du Jedi OST >

Critique du Musique : Le retour du Jedi OST

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 30 avril 2006 à 0647

La fin de l'étoile noire

Troisième volet de la trilogie de Star Wars, John Williams est toujours aux commandes de la composition de cet opus. Il nous prouve une fois de plus que c'est lui qui a donné une âme au background de Star Wars.
Cette fois-ci, George Lucas nous ramène sur Tatooine chez Jabba the Hutt, dans son antre-même où Han Solo est conservé en cryogénie pour le plaisir des yeux du Hutt. Or l'énorme chef de la Pègre a dans ses cachots une petite surprise appelée Rancor.
L'arrivée des deux droïds dans l'antre de Jabba (Tatooine rendezvous) puis leur capture (the droïds are capture) se fait dans une atmosphère très mystérieuse, pleine de suspicion et de méfiance tant la demeure du Hutt est pleine d'une faune malveillante à cause des chasseurs de primes, une ambiance lourde renforcée par les cuivres (basson) et cordes agrémentés de quelques vents qui allègent de temps en temps parfois la tension. Un rythme lent jusqu'à la confrontation de Luke avec le Rancor (Den of the Rancor) où les envolées cuivres/cordes augmentent l'adrénaline du spectateur. Le synthétiseur augmente l'impression d'intemporalité du Sarlacc (Sarlacc Sentence) puis le cor annonce le combat que le jedi s'apprête à engager.
Changement de décors: Endor, Dagobah et la nouvelle étoile noire. Les thèmes de l'empereur n'ont pas changé, tandis que Williams donne une musique pleine de poésie pour la fin de Yoda (the death of Yoda). Endor est un nouveau monde a priori sans technologie excepté la base qui pilote l'écran de la nouvelle étoile de la mort. Nouveau mystère, d'autant plus que le lien entre Luke et son père met peut-être en péril la mission, un lien que les choeurs teintent de gravité et de magie de la force(Shuttle Tydirium approaches Endor).
Les Ewoks: une nouvelle donnée à personnaliser dans la palette de Williams. Il s'agit de gros nounours vivants, des guerriers mais au grand coeur. Il fallait que la rencontre humoristique soit parfaite. Le thème des Ewoks est absolument génial, commencé à la flute puis à la trompette(Land of the Ewoks et parade of the Ewoks). Beaucoup de légèreté. Encore une fois, Vador et l'empereur planent avec ces choeurs d'une noirceur incroyable.
La dernière partie met en scène la bataille sur Endor et la confrontation de Luke avec son père près de l'empereur. Le thème de la salle de l'empereur tout simplement magnifique (emperor's throne room et lightsaber). Pendant Williams a su donner une identité à cette bataille d'Endor, l'armée de l'empereur contre les petits Ewoks où la bataille semble perdue d'avance, mais les nounours ne lâchent pas prise(the Ewok battle) avec un thème de cartoon. Dark side beckons est le plus beau morceau lorsque Luke entre dans le côté obscur rien qu'un instant, les choeurs donnent la chair de poule puisque l'empereur semble avoir gagné Luke de son côté... jusqu'à la mort de l'empereur (the emperor's death), à l'apogée de la tragédie.
Le morceau Victory celebration, non présent lors de la première diffusion du film en salle est moins festif que l'original mais tout aussi beau. Le finale original a ma préférance et se trouve sur la composition originale. Tant pis !

La conclusion de

Dans le même esprit que les deux précédentes composition John Williams finit en beauté, en même temps que le film, la trilogie.

Acheter Le retour du Jedi OST en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le retour du Jedi OST sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars