75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : La plage de verre
La plage de verre >

Critique du Roman : La plage de verre

Avis critique rédigé par Manu B. le mercredi 26 avril 2006 à 0311

Sharrow dans la tourmente

"Elle appuya son menton sur le bois en dessous de la fenêtre. Il était froid et luisant. Elle s'agenouilla sur le siège; il avait une odeur différente du bois..."
La Cour mondiale fait regner un semblant de paix au travers des planètes sur lesquelles les humains se sont installés. Une petite fille de cinq ans, Sharrow, réchappe de justesse d'un attentat contre son père et sa mère perpétré par les fanatiques Husz et qui coûtera la vie de la mère de Sharrow. C'est un traumatisme qui la hante encore aujourd'hui, alors qu'elle se tient sur une plage de verre et que les Husz ont lancé un contrat légal contre la jeune fille...
Hors Culture, ce roman se situe dans un univers où la technologie est capable de prouesses biotechniques comme la régénération de bras ou jambes, où les radiations dues à des explosions nucléaires peuvent être soignées. Et pourtant, il subsiste des vieilleries, des antiquités comme des motos, comme des brosses à dents ou du papier hygiénique et autres reliquats de notre siècle... Mais connaissant Iain M Banks, il s'agit vraisemblablement de clins d'oeil de l'auteur qui sait parfois décaler ses histoires avec un brin d'humour souvent fin, un humour so british, dont l'une des manifestations réside aussi dans le choix des noms des navettes et autres vaisseaux, à l'instar des romans de la Culture, notamment excession où c'est le plus flagrant.
L'humour, il l'utilise à bon escient lorsqu'il relate les souvenirs de Sharrow pendant son passage à l'armée avec toute une bande d'autres soldats, avec une l'ambiance parfois potache, des blagues à deux sous, dignes d'un soap opera comique, de manière parfois outrancière et voulue. Mais cette bonne humeur est souvent coupée par des moments dramatiques car Iain M Banks est comme ça, il construit ses romans avec de nombreux flash-backs, qui se mêlent au récit en cours, et qui au bout du compte servent à mettre en relief telle ou telle situation dramatique. D'ailleurs le mot pour qualifier ce roman est "télévisuel", tant la construction même du récit met le lecteur en situation de téléspectateur.
Enfin, que dire de la trame même du roman ? Comme d'habitude, c'est mené de main de maître, sans prétention, on s'attache vite aux personnages, notamment Sharrow, l'héroïne malgré elle d'une grande machination qu'elle ne découvrira qu'en toute fin. L'action est bel et bien là et alterne magnifiquement avec les moments drôles ou nostalgiques. Quelques magnifiques moments d'héroïsme sont décrits de manière à vous placer, vous le lecteur, en plein milieu. C'est un roman qu'on sait commencer mais dont a du mal à décrocher tant c'est fluide et entraînant, et qu'on a beaucoup de mal à refermer tout à la fin.
Encore du grand Banks !

La conclusion de

Hors cycle de la Culture, la plage de verre est un roman de très bonne facture, même si l'on préfère les opus du cycle. On découvre que Iain M Banks sait aussi bien écrire en dehors de son univers favori. Est ce une surprise ? Pas vraiment lorsque l'on connaît le talent de l'écossais.

Acheter La plage de verre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La plage de verre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+