75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Zero >

Critique du Manga : Zero

Avis critique rédigé par Lionel B. le jeudi 20 avril 2006 à 11:19

Quand l’inceste créé le surnaturel

Zero, c’est le nom donné à un spécimen ayant la capacité de perceptions extra-sensorielles. Mais c’est également le nom donné au gène permettant cette capacité. Ce gène trouve son origine dans une relation incestueuse entre un père et sa fille. Le ton semble donné dès le début de ce premier tome. Voilà un thème plutôt mature qui franchi la frontière des bonnes mœurs. Cela continu avec la présentation des personnages principaux que sont Asakawa Sumire et son jeune frère Asakawa Shuichi. Ceux-ci ne se contentent pas d’avoir une relation fraternelle mais sont liés par un amour bien plus profond qui a donné naissance a une petite fille prénommée Katsumi. Le scénariste Lim Dall-Young semble bien dérangé au vu de ses quelques pages. On pourrait penser qu’un Takashi Miike (qui refuse de filmer des gens normaux) est en train de naître. Malheureusement, le jeune scénariste se modère un peu trop pour la suite. Il n’a pas oublié qu’il s’adresse avant tout à un public adolescent à mon grand regret. S’en suit alors des points d’humour que je n’estime pas nécessaire et qui viennent casser l’ambiance assez sombre qu’il ressortait au début du manwha. Ces pointes d’humour se font principalement par l’intermédiaire d’un dessin humoristique propre au manga accompagné de petites phrases décrivant le comportement du personnage tel que « démasqué » ou « en vérité c’est elle, la principale intéressée ». Bien évidemment, les combats sont bien présents comme tout bon mangas ou manhwas qui se respectent adressés à un jeune public de plus de 12 ans. Le tout est accompagné de petites culottes, de gros seins et d’une pointe d’hémoglobine. Bref, la recette habituellement servit dans un shônen. Un point positif doit être souligné dans la construction de certains personnages. Tel est le cas pour Shuichi qui apparaît comme un adolescent calme, méfiant et insensible. Cependant, sur ce dernier point il démontrera à plusieurs reprises que son insensibilité a des limites. Voilà donc un personnage intéressant qui est susceptible d’évoluer dans les prochains tomes. Il apparaît également un ennemi qui semble bien intéressant. Il s’agit de Kanzaki Toru. Celui-ci semble également un personnage important.
Le dessin de Park Sung-Woo, manhwaga de Sirius et Dark Striker, est de très bonne qualité. Les expressions faciales sont très explicites et les décors ne sont pas absents et particulièrement détaillés. Seul certains dessins trop simplistes dans leur forme (lors de scène quelque peu humoristique) perturbent la qualité de celui-ci.

60

Je ne peux pas m’empêcher de penser que le scénario de base de Zéro aurait dû s’adresser à un public plus mature qui aurait supposé moins de combats. Cependant ce titre demeure divertissant et peut être ma déception passée, j’apprécierai à leur juste valeur les prochains tomes.

Critique de publiée le 20 avril 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • Le dessin
  • La base du scénario
  • Des personnages bien construits

Que faut-il oublier ?

  • Scénario mal exploité ?

Acheter Zero en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Zero sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !