75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Graal de Montségur
Le Graal de Montségur >

Critique de la Bande Dessinée : Le Graal de Montségur

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 10 avril 2006 à 1345

Le Secret du Graal va-t-il se révéler ?

Voici le troisième chapitre d’histoire secrète. Pour rappel, cette série reprend un concept quelque peu innovateur et qui atteint, depuis peu, différents éditeurs. À l’égale de la série Pandora Box, qui livrait 2 tomes dans la même lignée chez Dupuis, L’histoire secrète nous propose en un an 7 tomes dont, pour l’instant, 2 imprimés côte à côte.


C’est Jean Pierre Pécau qui se livre le défi de raconter les histoires secrètes à travers les plus grands moments et légendes de l’histoire. Une histoire ambitieuse, avec d’énormes recherches historiques. Le problème de ce tome 3 est qu’il faut bien attendre la moitié de l’album pour s’y intéresser sans compter les nombreuses relâches. Le scénario semble avoir demandé un gros travail de recherche, mais jamais je ne me suis vraiment intéressé aux personnages. La distance entre moi et ma lecture fut parfois hasardeuse. Pourtant, je reconnais qu’écrire une telle quête n’a vraiment pas dû être simple et le travail du scénariste a dû être énorme. Mais, à vouloir exposer tous les grands moments de l’histoire en un seul tome et vouloir décrire le contexte historique se joue au détriment des personnages, qui en fin de parcours n’intéressent que peu. La lecture en devient parfois longue puisqu’il ne se crée pas des liens entre le lecteur et les péripéties qu’il doit suivre. Cependant parfois ce tome 3 à l’inverse du tome 4 (comme je disais plus haut) arrive à capter la curiosité surtout vers les dernières pages. Peut-être en particulier avec l’attaque d’une forêt maudite. Un passage plus noir, plus lisible et où la notion du danger pour un instant devient vraiment palpable.

D’ailleurs pour cette séquence le dessin change, je ne sais pas si c’est Goran Sudzuka, ou Geto qui ont dessiné ses moments qui ressemblent à un travail crayon/ aquarelle, mais le résultat est magnifique. Le reste des pages dessinées est tout aussi correct, mais beaucoup plus conventionnel et surtout pas assez personnalisé. Les talents sont là, la couverture de plus réalisée par Manchu et Olivier Vatine est très belle. Les couleurs de Carole Beau et Isabelle Rabarot correspondent bien aux traits des dessinateurs. Mais il manque le petit ‘truc’ qui influe une âme au dessin ; qui permet aux personnages d’être plus qu’un dessin sur une case et de vivre. Il est difficile d’expliquer ce sentiment à l'égard d’un travail largement correct, mais c’est pourtant le reproche qui m’a heurté sur l’histoire comme du dessin, je ne suis jamais parti vraiment en quête du saint Graal.

La conclusion de

Histoire secrète est une bande dessinée assez dure à juger. D’un côté, il faut reconnaître le travail technique fourni et un scénario ambitieux et recherché. Et de l'autre, je ne peux m’empêcher de dire que cette série fait défaut d’un élément important : l’envoûtement du lecteur. Malgré toute l’ambition du projet et un dessin soigné j’ai jamais réellement était captivé par cette aventure hormis peut-être à partir de la page 28.

Acheter Le Graal de Montségur en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Graal de Montségur sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'histoire secrète

En savoir plus sur l'oeuvre L'histoire secrète