75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Simetierre >

Critique du Film : Simetierre

Avis critique rédigé par Richard B. le samedi 1 avril 2006 à 12:44

Le Simetierre du King adapté

Louis Creed un jeune médecin quitte la ville avec sa famille pour s’installer dans la campagne afin d’avoir une vie plus agréable. Cependant même dans les petites bourgades la mort est présente. Ainsi, Louis qui croyait avoir une première journée tranquille ne va pas réussir à sauver le jeune Victor Pascow mort malgré toutes les tentatives du médecin pour le sauver. Pascow va pourtant revenir de la mort pour citer au médecin une dernière phrase : "Le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un seul acide...".
Simetierre n’est pas la première, ni la dernière adaptation de l’écrivain Stephen King. Mais il est certainement à la fois l’un de ses meilleurs romans et l’une des meilleures adaptations. Pourtant, le pari n’était pas gagné, le livre de King est assez terrifiant et surtout assez cruel. De plus, 60% des films adaptés du romancier sont loin d’être à la hauteur ou du moins vraiment fidèles. Cette fois pourtant c’est le romancier lui-même qui s’attaque au scénario de son propre bouquin. Du coup beaucoup d’éléments sont gardés. La plus grosse différence étant chez le voisin Jud Crandall puisque dans le roman il a une femme du nom de Norma Crandall. Dans le film, Jud Crandall se transforme en vieux célibataire. Hormis cela et une fin plus démonstrative, le film demeure très fidèle.


Pour ce film, Mary Lambert était touchée par la grâce (à la vue de sa filmographie, c’est le seul). Dès le générique avec les images de tombes et la musique d’Elliot Goldenthal elle sait instaurer la tension. Une tension qui ne quitte pas le film de tout le long. Néanmoins, il n’y a pas vraiment de nombreux morts, mais l’idée juste des éléments qui vont se produire et l’ambiance assez lente agissent assez pour que le spectateur accroche. Et cela fonctionne d’autant plus que l’on comprend la douleur qui va frapper la famille. Je dois dire que personnellement c’est la vision de la sœur de Rachel Creed qui m’a fait le plus réagir, tellement la maigreur de celle-ci fait peur a voir. J’avoue avoir ressenti du coup le dégoût et la peur que pouvait ressentir le personnage de Rachel.
Rachel, que les fans de Star Trek reconnaîtront puisqu’il s’agit de Denise Crosby alias le lieutenant Tasha Yar de la série Next generation. Ici, elle campe une mère de famille assez crédible bien qu’elle n’est pas vraiment une grande place dans le film. C’est Dale Midkiff qui gagne le gros lot puisqu’il interprète Louis Creed. Assez bien d’ailleurs puisque je me suis parfaitement identifié à sa douleur. Pour les plus admirateurs du King sachez que celui-ci joue un court rôle de prêtre.

81

Simetierre est une réussite complète. La tension est là et le spectateur est entraîné dans cette escalade de violence qui demeure jusqu'à la dernière minute. Le film ne va presque jamais dans les effets gratuits. Seules l’atmosphère et la force des images amènent le spectateur à s’immerger dans ce film violent et sans concession.

Critique de publiée le 1er avril 2006.

Acheter Simetierre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Simetierre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !