75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Jeu Vidéo : F.E.A.R.
F.E.A.R. >

Critique du Jeu Vidéo : F.E.A.R.

Avis critique rédigé par David Q. le vendredi 31 mars 2006 à 0515

Ne craignez rien, l'unité FEAR vous protège

Sous le titre FEAR se cache un sous-titre : First Encounter Assault Recon. FEAR représente bien le jeu, un mélange de FPS classique, où vous et votre équipe devrez opérer en terrain hostile, et de peur. D'accord vous étés une sorte de G.I. Joe du futur super armé et entraîné mais comme le disait si bien Yoda : "Tu auras peur !". Etant adepte des films d'horreur sans pour autant en avoir trop peur, j'étais donc attiré par ce jeu au titre prometteur et je dire avouer de pas avoir été déçu.
Faire peur dans un jeu n'est pas chose facile. Il suffirait d'une interface trop présente ou de saccades nombreuses pour casser l'ambiance, sortir le joueur de l'univers dans lequel il est immergé, et rendre difficile voir impossible l'apparition de la peur. Dans ce jeu il n'en est rien. Vous êtes rapidement plongé dans le vif de l'action et une fois le jeu commencé vous n'arriverez pas à décrocher.
Les phases de déplacement vont progressivement vous rendre parano. En effet, il n'est pas rare de voir passer des ombres, d'entendre des cris ou des rires bizarres ou carrément d'entrer dans une sorte d'état second. Le jeu passe alors au ralentit avec un traité particulier et vous fout vraiment les pétoches. Il reprend d'ailleurs toutes les techniques et codes du cinéma de genre pour vous avoir d'une manière ou d'une autre. Vous aurez droit à des scènes gores, du sang sur les murs, des truc malsains à la Dark Water, des ombres, des bruits étranges et angoissants, des séquences ou il faudra vous échapper en vitesse, bref quelque soit votre capacité de résistance vous finirez par craquer. Les gens horrifiés par Le Cercle vont vite comprendre de quoi je parle, pour ma part, vu que je joue dans le noir avec le casque sur les oreilles, je dois avouer avoir été très sensible aux effets de styles, sursauts et autres.
Le seul jeu qui, de mémoire, avait réussi à me donner de telles sensations de stress et d'angoisse était le très bon Alien versus Predator 2, le jeu en tant que Space-Marine était alors u sacré moment de stress. Vous, pauvre marine - en général seul -, deviez explorer de grands complexes infestés d'Alien, complexes bien souvent dans le noir complet. Votre seul point de salut était votre lampe torche qui se déchargeait au bout d'une minute, et votre détecteur de mouvement. Dans FEAR, la torche sera toujours aussi utile, elle sera aussi votre seul compagnon car ici point de détecteur de mouvement. Dommage car ça nous aurait été sacrément utile.
Enfin me direz-vous, il suffit de tirer dans le tas quand tout va mal. Et bien non justement. L'A.I. des ennemis est bien supérieure à la moyenne de ce type de jeu. Les types vous contournent, se séparent en deux groupes, rampent sous les étagères renversées, se couvrent, vous repèrent à travers les carreaux ou à cause de votre lampe torche, bref vous allez avoir un peu plus de mal que d'habitude à abattre ce beau monde. Surtout que votre mitrailleuse n'est pas des plus précises - ce qui est tout à fait réaliste. En tir unique ça va mais en tir continu ça part dans tous les sens à tel point que vous seriez capable de rater un T-Rex dans un couloir. Heureusement, pour les situations difficiles, vous avez la touche CTRL qui vous envoie une injection de produits dopants qui ont pour effet de ralentir votre environnement - ou d'accélérer vos mouvements - histoire d'avoir le temps de tout faire. Vous pourrez donc, l'espace d'un instant, vous prendre pour l'élu dans Matrix en voyant tout au ralentit pour faire un max de carton. Plus qu'un gadget dans l'ère du temps, c'est vraiment une fonction indispensable pour certains passages.
D'un point de vue technique, là encore les développeurs ont tout compris. Le jeu est bien jouable sur des petites config et tirera partie de votre investissement si vous avez le dernier cri en matière de filtre anisotropique, pixel, vertex shaders et autres termes techniques qui n'intéresse que les Geeks du Tuning PC. Vous passerez alors d'un jeu aux jolis graphismes à un jeu bourré de lumières volumétriques, d'ombres angoissantes et de nombreux effets de fumée améliorant d'autant l'ambiance. Un conseil, laissez la configuration automatique faire son travail pour avoir un jeu fluide car la gourmandise graphique est un vilain défaut. Le son est excellent et va tout faire pour vous plonger dans l'ambiance. Des voix robotiques ennemies - qui font penser aux Beastie Boys - aux nombreux coups de théâtre sonores qui vous feront sursauter plus d'une fois, les bruitages vont vous enrober de suspens et vous napper de frissons.
Achetez FEAR sans crainte, c'est vraiment l'un des meilleurs FPS du moment et quelle que soit votre PC vous ne serez pas déçu.

La conclusion de

FEAR est un des meilleurs jeux du moment qui renouvelle le FPS. Abordable par les petites config il procure du plaisir et des frissons dès les premières minutes et plaira aux plus forts grâce à l'I.A. de ses ennemis. N'ayez pas peur de l'acheter il vaut le détour.

Que faut-il en retenir ?

  • L'ambiance
  • L'accessibilité pour des config moyennes
  • L'I.A. des ennemis
  • Le mélange horreur action

Acheter F.E.A.R. en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de F.E.A.R. sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de F.E.A.R.

En savoir plus sur l'oeuvre F.E.A.R.