75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Lamia >

Critique de la Bande Dessinée : Lamia

Avis critique rédigé par David Q. le mardi 14 mars 2006 à 05:59

Sparte Accus

En 3025, lors d'une mission de secours la Bad Legion, un commando de têtes brûlées copiant les rites de la Sparte antique, découvre Lamia, une enfant avec un implant mémoriel dans son cerveau qui pourrait bien être la clé vers une nouvelle Terre.
Cette Bad Legion mélange les références à la Sparte ancienne avec la pure science-fiction pour donner une ambiance à la fois nouvelle et ancienne à la BD. C'est ainsi que des armures high-tech (aux casques rétro), aux logos en passant par les noms des personnages, tout ce qui concerne la légion fait appel à l'histoire de Sparte, alors que le reste est plus ancré dans la SF visionnaire classique. Si de prime abord, le concept fait penser au fléau des dieux, une autre BD éditée chez Soleil, il n'en est rien car l'histoire est originale à plus d'un titre. On s'écarte tout de suite d'un presque trop classique remake d'une histoire passée réintroduite dans un monde futuriste pour aborder des thèmes plus high-tech et plus violents. C'est ainsi que la bleusaille fraîchement enrôlée dans la légion doit faire ses preuves dans un combat à mort pour ensuite revivre un combat épique des légions de Sparte - et le gagner - pour être admis. A côté de ça, il est question de politique mondiale, d'une Terre d'exil et d'un savant disparu qui aurait gardé un secret pouvant sauver l'humanité. Ca semble déjà vu est inintéressant mais c'est en fait tout le contraire grâce à un style graphique porteur et une certaine fraîcheur des dialogues. De nombreuses sont disséminées un peu partout, on pourra alors reconnaître le Vatican - ou ce qu'il sera dans le futur -, une base spatiale aux formes familières ou encore un portail "à la Stargate".
Une fois qu'on a ouvert la BD, on a tout de suite une réaction de béatitude "wahou c'est beau", et ça l'est. La première page est une quasi pleine page sur laquelle viennent se greffer 3-4 cases. Mais le plus impressionnant est que la plupart des 48 pages sont construites comme ça, avec un fond pleine page sur laquelle on a rajouté quelques cases. Du coup, c'est un plaisir sans cesse renouvelé qui nous conduit en deux temps trois mouvements à la fin. Et tout ça sans empiéter sur le scénario au profit de grandes planches "inutiles à l'histoire". Et comme le style graphique est plus que correct et suffisamment fin pour coller à la mise en page si particulière, on a entre les mains un bel objet qu'on n'hésite pas à rouvrir pour simplement contempler les planches.

83

Une série à mi-chemin entre SF et Histoire tout en gardant un scénario original, le tout desservi par des planches à fort impact visuel; Bad Legion est intéressant à plus d'un titre et méritera votre attention.

Critique de publiée le 14 mars 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • Les énormes planches à toutes les pages
  • Les nombreuses références
  • L'association avec Sparte

Acheter Lamia en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Lamia sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !