75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Manga : Tokyo Underground
Tokyo Underground >

Critique du Manga : Tokyo Underground

Avis critique rédigé par Lionel B. le vendredi 17 février 2006 à 1051

Encore des secrets sur l’underground

Ce quatrième tome met fin au combat entre Lumina et Tail ainsi que celui de Chelsea et Sharma. Ces combats ne seront pas sans conséquence pour nos héros. Tout d’abord, Chelsea tombera dans un sommeil profond après avoir franchie la limite de ses pouvoirs depuis son arrivée dans l’underground. Quant à Lumina, il apprendra à mieux contrôler son pouvoir. Ginosuke n’apparaîtra malheureusement pas beaucoup dans ce tome…
Beaucoup de révélations seront faîtes. Ainsi nous apprendrons comment Tail, Chelsea, Ruri et les autres habitants de l’underground sont arrivés dans ce monde souterrain. Nous apprendrons également quel est le devenir de Ruri. La recette est la même que dans les précédents numéros. De nombreux combats et un peu d’humour sont donc au rendez-vous. Tokyo Underground apparaît ici un peu plus comme un shonen à l’histoire classique avec le héro (Lumina) qui apprend à maîtriser son pouvoir. Cela se retrouve dans les Dragon Ball, Naruto ou bien encore Bleach. Seul l’univers du Tokyo Underground demeure une originalité. Tout cela n’empêche pas le lecteur de passer un très bon moment et d’arriver très vite à la fin du tome. L’histoire est en effet particulièrement bien rythmée et parfaitement mis en page.
A noter qu’il ne faut pas oublier de regarder sous la couverture du manga comme dans les précédents tomes pour découvrir des petits sketchs humoristiques. Celui-ci vaut vraiment le détour (un sketch qui introduit Ginosuke, le personnage secondaire le plus drôle et le plus inutile que j’ai pu voir).
Le dessin est également de bonne manufacture dans un style typiquement japonais. En effet, bien que le trait de Akinobu Uraku n’est rien de spécifique, il n’en demeure pas moins que les défauts se font rares et les qualités nombreuses. Défauts qui résident en majeur parties dans les problèmes de lisibilité des scènes d’action (problème récurent dans le manga du fait de l’utilisation du noir et blanc) et qualités qui se trouvent dans la gestuelle des personnages, l’expression de ceux-ci ainsi que dans la très bonne utilisation des perspectives.

La conclusion de

Ce quatrième tome nous dévoile son lot de secret sur l’underground et nous permet de nous divertir par de nombreux combats et quelques scènes comiques qui interviennent cette fois-ci par l’intermédiaire du fan club de Chelsea Roleck. L’histoire s’achève une fois de plus sur un mystère qui rendra le lecteur impatient de découvrir la suite.

Que faut-il en retenir ?

  • Un dessin plus que correct
  • Le monde de l'underground
  • Les personnages assez funs

Que faut-il oublier ?

  • Le dessin est parfois confus...

Acheter Tokyo Underground en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Tokyo Underground sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Tokyo Underground

En savoir plus sur l'oeuvre Tokyo Underground