75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La résurrection de l'empereur
La résurrection de l'empereur >

Critique de la Bande Dessinée : La résurrection de l'empereur

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 16 février 2006 à 0331

La résurrection de l’empereur ?

Les années 90 : La saga Star wars n’existe plus excepté dans l’esprits des fans. Plus de comics, plus de livre, plus de films. Seul quelques jeux vidéo peuvent assouvir un peu la passion. Mais remontons un peu plus loin dans le temps ….
Marvel Comic est le premier à posséder les droits de la licence Star Wars de George Lucas et cela pendant 107 numéros publié de 1977 à 1986. En France les mêmes comics furent distribué par les éditions Lug dans le magasine de comics « Titan ». En 86 Lucas, peu satisfait des comics édité par Marvel, reprend les droits Star Wars. Mais Dark Horse en 1991 arrive à récupérer les fameux droits sous condition de validation du Skywalker Ranch.
Le premier titre Star Wars à sortir sera la série Dark Empire (L’empire des ténèbres). A l’époque je peux vous dire que le fan que j’étais avait bondi sur une telle nouvelle. Dark Horse France en 1997 sorti d’ailleurs la collection sous format A4. Dark Empire 1 était arrivé sous 2 bandes dessinées de 72 pages. A l’époque j’étais comme un fou, tous les éléments de la saga avaient été repris intelligemment par le scénariste Tom Veitch. On y retrouve l’empereur, la guerre face à l’empire, des enjeux mettant en danger tout l’univers et un Luke face aux tentations du côté obscur. De plus Tom Veitch s’amuse à mettre luke sur le chemin du côté obscur, mais pas que le tenter, mais de l’y faire pénétrer, comme son père avait essayer avant lui. Le Luke de Veitch a vieilli par rapport aux films, il est plus mûr, plus fatigué, plus lasse de la guerre et a fini aussi par maîtriser ses pouvoirs. C’est aussi une version plus adulte et beaucoup moins naïve que ce que nous avait proposé dans le temps Marvel. Pour un univers aussi dure c’est le dessinateur Cam Kennedy qui fut choisi.


Cam Kennedy c’était déjà fait connaître sur des séries de comics assez noirs comme avec Judge Dredd. C’est donc avec plaisir que l’on retrouve son trait sur du Star Wars. Je suis parmi les chanceux qui ont eu la chance de le rencontrer et de parler un peu avec lui. Je m’en rappelle encore c’était à Marseille et il venait pour des dédicaces. Avec un ami nous avions eu la chance de parler avec lui durant le midi ou il nous avait montré les planches originales de cette série. Une Vraie claque visuel sur A3 ou chaque planches étaient colorisées sur aquarelle avec des rajouts de feutres fluorescant. Autant dire que jusqu’ici aucunes éditions ne rendent vraiment hommage aux couleurs de Kennedy. Le dessinateur as pu aussi nous raconter quelques anecdotes comme celles où il allait régulièrement au Skywalker Ranch pour validation des planches, mais n’a jamais eu la chance de rencontrer Lucas lui-même. Ou encore au départ il nous expliqué comment ils étaient réticent sur les visages, trouvant que l’on ne reconnaissait pas assez les héros, celui-ci se défendant en plaidant que c’était son style et que c’était pour cela qu’il avait été recruté. Et il avait bien raison, car ici nous reconnaissons quand même les personnages, avec une idée de vieillissement et aussi de traits lassé par la guerre. De plus sa mise en page et ses vaisseaux sont incroyables de design et de dynamisme. A cette époque Dark Horse n’avait pas le droit à l’échec pour le relancement de la licence et la qualité du coup se ressent et se trouve largement supérieur à d’autres séries sorties à l’époque de l’épisode 1.
Cette nouvelle édition de Delcourt à 2 avantages, le premier et de regrouper le comic en 160 pages, permettant ainsi d’avoir Dark Empire 1 en entier sur 1 seul volume. Autre force de ce volume c’est le respect du format comics rendant ainsi hommage au format pour lequel le comic avait était travaillé. Le regret est que l’éditeur n’est pas retravaillé les couleurs pour rendre plus hommages aux couleurs des planches originales.

La conclusion de

Un des chefs d’œuvre du comic dérivé de Star Wars et le premier du genre à lancer la série de comics. En parallèle L’héritier de l’empire de Zhan sortait en livre. Un âge d’or pour les fans de Star wars ou la qualité des œuvres était plus rare mais également souvent au rendez-vous. Aujourd’hui, avec la ressortie des films, l’impression de bâcler se ressent beaucoup plus. Alors vous avez compris si il y a du star wars à lire c’est bien cette série là avec celle de Vatine et Blanchard !

Acheter La résurrection de l'empereur en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La résurrection de l'empereur sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars

En savoir plus sur l'oeuvre Star Wars