75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Apprivoise-moi
Apprivoise-moi >

Critique de la Bande Dessinée : Apprivoise-moi

Avis critique rédigé par David Q. le vendredi 3 février 2006 à 0816

Un héritier dans les étoiles

Le vaisseau arpenteur de Kaïna est à court de carburant. D'explorateurs ils se transforment alors en pirates en arraisonnant un cargo d'orgamine, la nourriture des arpenteurs. Mais ça tourne mal t après une téléportation d'urgence le vaisseau s'écrase sur la planète Vioocta. Reste à savoir comment vont-ils bien pouvoir repartir...
Cette nouvelle série de Glénat réalisée par Carrere et Weissengel est un projet intéressant mené par deux hommes qui adorent le genre. On peut définir l'héritier des étoiles comme un space opéra puisque les personnages de l'histoire devront sauver une princesse, en même temps, le scénario s'écarte du schéma classique du chevalier sauvant une demoiselle en détresse. Bien sur de nombreuses péripéties vont entraîner les personnages dans une suite d'évènements qui les dépassent, Carrere et Weissengel n'hésitent d'ailleurs pas à engendrer des situations fortes et parfois surprenantes pour captiver le lecteur. Ils nous prouvent aussi leurs connaissances en utilisant quelques éléments des romans de Dune. C'est ainsi que les arpenteurs nous font penser aux voyageurs de la guilde tout comme l'orgamine nous fait un peu penser à l'épice d'Arrakis dans le sens où elle est indispensable pour les voyages stellaires. Par contre, les nombreux noms inventés sont difficiles à retenir et rend l'attachement aux personnages plus difficile. Un petit détail que j'ai trouvé bien sympa, le nom du mollusque téléporteur est écrit en langue extraterrestre, n'espérez donc pas le retenir ni le prononcer.
Mais c'est surtout du coté des dessins que se différencie la BD. En effet, si le crayonné et l'encrage sont réalisés de manière traditionnelle et les couleurs par informatique, ce sont surtout au niveau des design des personnages, des vaisseaux et des décors que Weissengel s'en donne à coeur joie. Bon nombre d'extraterrestres différents arpentent les villes de Vioocta et de nombreuses bestioles et véhicules les accompagnent. Les arpenteurs, quant à eux, sont des créatures bio-mécaniques vivantes dont les formes s'inspirent d'animaux marins et volants. Parmi les personnages intéressants nous avons Naül et sa peau tatouée, Ooney le métamorphe (dommage qu'on ne le voit pas muer, peut être dans les tomes suivants) et bien sur le vaisseau vivant.
Les auteurs ont d'ailleurs eu la bonne idée de nous offrir 5-6 pages de crayonnés en guise d'introduction qui nous présentent l'univers, ses races et ses monstres, ainsi que des esquisses de la couverture. Si on rajoute les quelques 56 pages de la BD (contre les traditionnelles 48), vous comprendrez comment ces messieurs ont réussis à en mettre plus que d'habitude pour finalement susciter notre envie.

La conclusion de

Une BD aux traits et à la conception traditionnels, pour un scénario bien SF et pas si conventionnel. Une BD plus longue qu'à l'accoutumée pour nous immerger complètement dans cet univers.

Que faut-il en retenir ?

  • La mise en place du monde
  • La variété des personnages et aliens
  • Un scénario qui sort des sentiers battus du space opera

Que faut-il oublier ?

  • Quelques difficultés à retenir les noms des protagonistes

Acheter Apprivoise-moi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Apprivoise-moi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'héritier des étoiles

En savoir plus sur l'oeuvre L'héritier des étoiles