75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Hadès Palace
Hadès Palace >

Critique du Roman : Hadès Palace

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 8 janvier 2006 à 1330

Hadès Palace

Enfant de la balle, Maxime est le mime serpent. Jeune homme talentueux, il se voit offrir une place avantageuse pour donner des représentations dans un palace. Du nom de Hadès Palace, il est administré par le mystérieux Bran Hadès. Lieu reconnu entre tous pour son accueil d’un grand nombre de stars et de gens riches désireux d’assister aux célèbres spectacles de l’hôtel, Max ne peut refuser cette proposition. Toutefois il découvre que la renommée de ce luxueux palace comporte certains points désagréables. Les artistes se doivent d'être tous performants et d’aller contre leur appliacation de leur art. De même que les moins performants d’entre eux finissent par être envoyés au 2ème cercle où ils suivent des séances de rattrapages. Néanmoins beaucoup n’en reviennent pas…
Francis Berthelot continue son édifiante carrière d’écrivain avec le sixième tome de son cycle Le Rêve du Démiurge. Construit de manière atypique, il est également, à l’exemple de la Comédie Humaine de Balzac, composé de six tomes que l’on peut lire indépendamment. Ainsi, Francis Berthelot nous campe l’action de son nouveau roman dans un Paris de la fin des années 70 et nous fait voyager jusqu’à l’Hadès Palace où l’intrigue principale s'y déroule. Nous allons voir évoluer le mime serpent, de son prénom Maxime, qui est l’un des plus talentueux contorsionnistes de son époque. Toutefois, après l’euphorie due à ce début de contrat dans l’un des plus célèbres et luxueux palaces lui permettant de vivre enfin de manière descente de son art, Maxime déchante. Des faits pour le moins étranges se produisent et tous les artistes, n’étant pas jugés assez performants par le public, ou par les adjoints du terrible Bran Hadès, descendent suivre des entraînements spéciaux au 2ème cercle. Et certains n’en reviendront pas !
Francis Berthelot a la faculté d’émouvoir son lecteur grâce à des touches poétiques agrémentant le récit, qui devient au gré des pages un affreux conte fantastique. Chacun des personnages détient une psychologie très poussée et leur fragilité, face à ces disparitions mystérieuses dans le palace, nous touche particulièrement. Les protagonistes de Hadès Palace ont tous un caractère exacerbé de par leur dépendance presque vitale face à leur art. D'ailleurs, telle est la volonté absolue de Bran Hadès ; avoir des artistes étant, plus que des interprètes, art au sein d'eux-mêmes. Une fusion toute poétique que certains doivent ressentir de temps en temps. De plus l’auteur parvient, grâce à un système narratif assez particulier, à nous captiver. On dévore les pages de Hadès Palace et nos sens s'éveillent au gré de la lecture. Nous sommes outrés par le comportement de certains spectateurs, par les expériences toutes aussi malsaines les unes que les autres que subissent les artistes relégués au 2ème cercle, mais nous sommes aussi émus par les différentes histoires d’amour qui naissent ou s'estompent au gré des pages.

La conclusion de

Francis Berthelot, nous livre un roman fort émouvant qui va au-delà de notre perception de ce que peut ressentir un artiste dans l’application de son art et dans l'interprétation du public. Avec une intrigue fantastique qui converge vers la mythologique grec et celtique, nous sommes captivés par notre lecture et la touche poétique de l'auteur.

Acheter Hadès Palace en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hadès Palace sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le rêve du démiurge

En savoir plus sur l'oeuvre Le rêve du démiurge