75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Les gardes pourpres >

Critique de la Bande Dessinée : Les gardes pourpres

Avis critique rédigé par David Q. le mercredi 4 janvier 2006 à 06:03

De la Fantasy Bretonne

La lutte contre Fedath et ses créatures maléfiques continue sur le Dyfed. Bran le vieux sage cherche à recréer Atanys, la pierre de vie mais doit s'arrêter à Illahkalaun pour d'abord éclairer l'âme des habitants. Pendant ce temps-là, les armées du Seigneur d'Ombre assiègent le Mont Saint-Ange.
Entièrement réalisées sous Photoshop par Dim D, les planches de cette BD disposent d'une finesse de détails et d'un contraste impossible à obtenir autrement. Ajoutez à cela les nombreux effets de lumière, de flou, de texture et de zoom et vous obtenez des cases d'une extraordinaire beauté graphique. Les lumières jouent avec les couleurs et produisent tantôt des ambiances féeriques, tantôt des batailles épiques. Le glaçage et la qualité supérieure du papier permettent d'apprécier sans contraintes toute la gamme de couleurs des rendus informatiques.
Mais la technique ne fait pas tout et le scénario ainsi que la profondeur des personnages et des dialogues doivent aussi tenir le challenge. Jean-Luc Istin nous raconte une histoire d'Héroïc-Fantasy somme toute assez classique - le Bien contre le Mal, un artefact sacré créateur du monde, un mage blanc qui veut vaincre le Mal, etc - mais avec suffisamment de petites touches personnelles pour la rendre intéressante. Certes, certains passages nous feront penser au Seigneur des Anneaux comme lorsque le Mont Saint-Ange est attaqué - comme le gouffre de Helm - , comme ce mage blanc, tel Gandalf, qui essaye de vaincre Fedath ou encore comme la ressemblance entre Cathaar et Aragorn (surtout en page 39), mais le reste est issu de l'imaginaire de l'auteur. Et c'est là que son origine bretonne et son amour pour la Bretagne apparaissent. En effet, le Mont Saint-Ange ressemble étrangement au Mont Saint-Michel, jusque dans son nom. La page 6 nous montre des fées typiques des contes bretons, fées que l'on retrouvera dans les nombreux autres récits de la collection Soleil Celtic justement créée par le scénariste Jean-Luc Istin. Pas la peine d'aller plus loin pour vous prouver que cet album est de la Fantasy à la française.
Du coté des personnages, cela reste dans la lignée des histoires de Fantasy avec un magicien, un roi, des armées épiques, un puissant ennemi du Mal et de nombreux personnages secondaires qui apportent leur pierre à l'édifice. L'album ne se caractérise pas par une action et des batailles omniprésentes mais bien par le développement de ses nombreux personnages et de leur quête.

89

Un album d'Héroïc-Fantasy à la sauce bretonne servi par des planches de toute beauté. Un travail d'orfèvre pour un résultat plus que satisfaisant qui plongera le lecteur dans un univers à la fois connu et surprenant.

Critique de publiée le 4 janvier 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • La qualité indéniable des dessins
  • Les clins d'oeil discrets à la culture bretonne

Que faut-il oublier ?

  • Le fond de l'histoire reste de l'Héroïc-Fantasy classique

Acheter Les gardes pourpres en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les gardes pourpres sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !