75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : La Citadelle du Vide
La Citadelle du Vide >

Critique de la Bande Dessinée : La Citadelle du Vide

Avis critique rédigé par Lucie M. le mercredi 14 décembre 2005 à 0655

En route vers l’Infini…

Imaginez une grande Arche Stellaire parcourant l’univers en quête d’une nouvelle terre habitable. Elle se nomme L’Infini. Sur cette arche un monde, une ville, une société. La population est connectée à un ordinateur central. Vous n’êtes jamais seul, tout le monde peut lire vos pensées et inversement, vous êtes toujours prompt à recevoir des informations variées de même que les derniers modes de divertissement holographiques. Jusqu’au jour où votre connecteur cérébral tombe en panne et que vous vous retrouvez en mode déconnecté ; plus moyen de bosser ou tout simplement de faire des courses pour manger…Un grand vide s’installe en vous. Vous êtes perdu ! Et c’est ce qui arrive à Kelsey Fontine, ancien flic, qui est devenu ce genre de paria…un déconnecté !


Chuck Austen qui, cela se voit, a également travaillé dans le domaine du jeu vidéo, nous offre un récit aux bulles narratives très relax contenant un pep hors pair. Les réflexions que se jettent à la figure les protagonistes de l’histoire nous persuadent d’assister à un film d’action avec un brin de polar et de SF. L’histoire a le don de nous captiver grâce à plusieurs points ; l’imagination d’Austen – même si le thème général, de cette série, est un déjà vu - , sa faculté à nous faire accrocher aux personnages et notre soif de savoir ce que cache réellement cette grande arche stellaire. Bref on dévore le premier tome de la série L’Infini avec plaisir.
En ce qui concerne les personnages il y a tout d’abord Kelsey Fontine, qui a un arrière goût de macho à la tendresse évidente nous faisant allégrement penser à la plupart des rôles interprétés par Bruce Willis. Puis Jean, celle qui sera kidnappée par Fontine, est une héroïne au caractère bien trempé qui ne se laisse pas déstabiliser devant le fait accompli, ainsi que le petit Sanji, adorable gamin obsédé, qui nous fait mourir de rire. N’oublions pas la fougueuse Madame Bierozzo, la voisine de ce pauvre Fontine, qui entame un dialogue de séduction très cocasse avec ce dernier après que le mur de sa salle de bain ait été détruit par une rafale de tir. Ces personnages sont rehaussés également par le don que possède Matt Cossin à nous faire partager visuellement leurs émotions. Chaque émotion, qu'elle soiet le résultat d'une action violente, agaçante ou marrante, est extrêmement bien retranscrite grâce au coup de crayon de Cossin. Elles sont même de temps en temps très poussives et Cossin aime à faire des gros plans sur leurs visages.

Ensuite on peut noter beaucoup d’effets de flous qui retranscrivent très bien certains mouvements dans les différentes cases ; quand il s’agit d’accentuer un effet de déplacement pendant une scène d’action comme par exemple un tir de flingue à tête chercheuse. De plus Matt Cossin emploie des onomatopées à l'allure calligraphique "Tag" venant étoffer ces scènes. Le visuel est très mouvant avec une touche artistique et particulière. Le coup de crayon se distingue très nettement et le contour des visages ou des différents dessins ressort de manière évidente. Il n’y a pas eu d’encrage apparemment et le dessin a un côté brut. Cela, même si la coloration se révèle très "flashy" au niveau des couleurs employés sur la chevelure ou du genre vestimentaire de certains personnages ce qui rentre très bien dans l'univers de la Citadelle du Vide.

La conclusion de

Donc au scénario Chuck Austen et au dessin Matt Cossin, un duo de choc ! Tous deux issus du milieu Comics, s’associent pour réaliser une série de bandes dessinées - dont La Citadelle du Vide est le premier tome - parsemée de science-fiction à la sauce thriller. Bon moment de lecture en perspective agrémenté par un sens du mouvement et de l’action très bien retranscrit. Même si le thème abordé n'est pas très neuf, Chuck Austen et Matt Cossin ont la faculté de le rendre original.

Acheter La Citadelle du Vide en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de La Citadelle du Vide sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Infini

En savoir plus sur l'oeuvre L'Infini