75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
A comme alone >

Critique du Roman : A comme alone

Avis critique rédigé par Lucie M. le dimanche 27 novembre 2005 à 11:06

A comme à la vie, à la mort !!

A comme Alone de Thomas Geha est publié dans la collection Rivière Blanche. Cette dernière rend hommage à la défunte collection d’Anticipation des éditions Fleuve noir remise au goût du jour par Philippe Ward. La particularité de A comme Alone est que ce roman rend également hommage à un auteur des plus prolifiques, de cette défunte collection, qui était Thomas Gilles et surtout à son "Autoroute Sauvage". Thomas Gilles ou Julia Verlanger sont en fait Eliane Taïeb auteur féminin considérée comme étant une précurseur dans le domaine de la science-fiction.
A comme Alone est le premier roman de Thomas Geha et il est une réussite puisque l’auteur – fan de cinéma bis – excelle dans l’art de nous transmettre sa passion pour le genre. On le remarque dans les nombreux clins d’œil offerts à différents réalisateurs du genre et bien sûr au déroulement de l’action parsemée de dialogues aussi dévastateurs qu’un bon John Carpenter. Mais voyez plutôt :
-Hey, Copain, tu peux ouvrir la porte, steuplait ? -T’es qui bonhomme ? Casse-toi d’ici ou on te plombe direct !
Le personnage principal se nomme Pépé et il a la particularité d’être un Alone. Cette appartenance sociale est très crainte dans l’univers post-apocalyptique de Thomas Geha. Les Alone sont des guerriers, et comme leur nom l’indique si bien, ils aiment la solitude. Toutefois de la compagnie ne fait de mal à personne, et même si le caractère des Alone est assez dur, ils dérogent de temps en temps à leur condition solitaire en partageant un bout de chemin avec d’autres Alone. Ce sont en fait des gens de la route ce qui les différencie des sales Rasses – peuplade sédentaire et cannibale – ou des Fanars – sorte d’illuminés qui adorent des divinités bizarres imposée par des Gourous – et de même que les violents Fanams - sorte de groupuscules militaires. Thomas Geha se plaît également à insérer dans son récit des mutants tous pour la plupart ignobles et qui détiennent des pouvoirs bien particuliers.
L’action se déroule dans une France dévastée par les Nadrones sorte de robots nettoyeurs qui ont malheureusement pétés les plombs en décimant la plupart des êtres humains. Les villes sont des lieux proscrits et détenteurs de terribles choses comme des Voitortues ou des poches de gaz toxiques. Nous traversons en compagnie de Pépé, et différents protagonistes de l’histoire, quelques régions françaises - comme à l’exemple de la ville de Rennes - qui rendent tangible cette situation apocalyptique. Ce qui définie très bien le thème abordé dans A comme Alone qui est l’Anticipation. Terme qui désignait, il a de cela bien longtemps, les romans traitant de science-fiction. Mais qui de nos jours s’identifie plus à un terme générique utilisé pour qualifié des romans qui projettent le lecteur dans un avenir fictif imaginé essentiellement par l’auteur. Toutefois tout en gardant des bases réelles.
A comme Alone est composé d’un univers très riche en détails pour un roman de 164 pages. Thomas Geha ne laisse rien au hasard. La narration du roman renforce ce côté série B comme je le disais plus haut. Toutefois en début de lecture on est assez troublé. Pas réellement choqué, car le vocabulaire des personnages de l’histoire n’est pas très courtois, seulement un peu pris au dépourvue. Néanmoins on chope très vite le ton employé par Thomas Geha est cela fonctionne du tonnerre. L’auteur se complet à nous décrire un univers violent et cela même après la chute de notre civilisation. Les humains restent tels qu'ils ont toujours été ; ils ont besoin d’appartenir à un clan bien définie, de croire à des divinités ou d’être soumis à une hiérarchie sociale. Néanmoins dans A comme Alone, le récit n’est pas simplement une suite de bagarres ou de situations désespérantes et cela grâce au personnage de Pépé qui est un homme plein de vie, de sentiments honorables – ce qui le mène bien sûr dans quelques situations bien compliquées – et qui possède un caractère des plus courageux. Ce qui définie très bien la phrase culte des Alone "A la vie, A la mort".

80

Récit passionnant qui nous projette dans une atmosphère à la MadMax mais à la française. On voyage sur les routes en compagnie de Pépé avec plaisir on s’attache à lui et on vit, à travers ses répliques cinglantes, sa vie quotidienne d’Alone. Une vie dure semée d’embûches mais qui sera néanmoins récompensée par la suite. En clair on dévore ce roman, on l’apprécie et…Moi quand je serais grande j'voudrais être une Alone.

Critique de publiée le 27 novembre 2005.

Acheter A comme alone en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de A comme alone sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !