75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : L'école de la cruauté
L'école de la cruauté >

Critique de la Bande Dessinée : L'école de la cruauté

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 23 octobre 2005 à 0554

Dans le Village...5eme

L’aventure de « Dans le village » ne date pas d’hier. Max Cabanes a commencé cette chronique en 1976, et aujourd’hui il arrive enfin à son cinquième tome. Il faut dire que la transition aura pris 20 ans pour voir une suite (initialement « Dans le Village était paru dans la revue Fluide Glaciale). Ici l’auteur/dessinateur nous transpose dans un univers parallèle ou bientôt le professeur Wom va identifié son monde comme étant celui vivant dans une dimension sonore : Le La !
Alors que personne ne crois le scientifique, un dessinateur nommé Dzino va allé dans son sens et veut prouvé à l’homme qu’il a raison. Dzino ne serait en fait que la transposition de l’artiste de cette ouvrage et une manière pou lui d’affiner sa communication avec son lectorat. Prouesse technique de conter une histoire loin d’être facile. (De même que essayer d’expliquer cette lecture et en faire une critique n’est pas une tache aisée, n’étant pas à 100% sûr du message de l’auteur). La bande dessinée « L’école de la cruauté » est en effet loin d’être une lecture facile, pourtant l’ensemble est bien écrit, les jeux de mots fusent et Max Cabanes ne manque vraiment pas d’imagination. Mais clairement il faudra se prendre de patience pour y voir tous les aspects, ce qui est plutôt positif en soi. Le seul point noir a mon avis est justement que le rythme n’est pas toujours assez soutenu pour nous appeler à lire plusieurs fois l’album et saisir tous les aspects. Il arrive que pendant quelques planches l’ennui se gagne pour juste derrière jouir d’une séquence très amusante.


Côté Dessin Cabanes assure aussi parfaitement livrant un style bien particulier mais soigné. L’ensemble est très travaillé et les couleurs sont en harmonies avec les traits de l’auteur. Vraiment rien à reprocher. L’auteur maîtrise son style graphique après, on aime ou on n’aime pas mais lui a très bien fait son travail c’est sûr !

La conclusion de

Une œuvre à part, bien ficelé, graphiquement accomplie et original. De plus l’histoire propose de jolis jeux de mots et des séquences bien jouissives. Par contre on lui reprochera un manque de rythme qui hélas casse parfois la lecture.

Que faut-il en retenir ?

  • Graphisme original
  • Les jeux de mots
  • Une histoire fofole

Que faut-il oublier ?

  • Un manque de rythme

Acheter L'école de la cruauté en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de L'école de la cruauté sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+