75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Eragon
Eragon >

Critique du Roman : Eragon

Avis critique rédigé par Lucie M. le mardi 30 août 2005 à 1857

Pourquoi Eragon ? - là est la question?

Vais-je m’attirer les foudres des nombreux fans d’Eragon ou de son auteur, le jeune Christopher Paolini ? Eh, bien ! je vais répondre OUI tout de suite comme ça il n’y aura pas de malaise.
Donc voilà tout a commencé dans le Montana, le jeune Paolini est un fan de fantasy et il aime lire du Tolkien. Et un jour, poussé par le plus grand des hasards, Paolini se met à écrire une histoire sur des dragons et un jeune garçon du nom d’Eragon. Et, oh mon Dieu !! Il se trouve que les parents de ce dernier possèdent une petite maison d’édition. Mazette !! Quelle chance !! De fils en aiguilles, le petit prodige Paolini, après avoir été diplômé, se lance dans l’écriture et nous pond tout un roman. Et quel succès !!
Tout d'abord, ses parents décident (Pour le bien de leur enfant, pour sa croissance on va dire !!) d’imprimer Eragon pour que le petit virtuose de la littérature puisse aller signer pleins de dédicaces dans de nombreuses écoles. Eh, bien ! oui comme on dit « les voyages forment la jeunesse » et le Paolini se fait pleins d’amis. Mais aussi des relations biens plus importantes, comme par exemple, la maison d’édition qui a eu la bonne idée d’acheter les droits d’Eragon. De même que ses futures suites !! Et c'est Random House qui tire le jackpot !!
Bon à part cette belle histoire familiale, qui parle d’amour et de bonnes intentions parentales, parlons du livre en lui-même !! Je dois dire que je trouve fort intéressante la relation qu’entretient Eragon avec sa belle dragonne bleutée, Saphira, qui est d’une quintessence fortement douce et agréable à découvrir. Malheureusement Paolini aurait dû en rester là (mais nous pauvre lecteur, on ne le sait pas encore!) ; sauf qu'il persiste dans son forfait et cela pendant 694 pages !!
Néanmoins, le pire reste à venir et on le découvre quand on commence à rentrer dans le vif du récit. A de nombreux passages, cette jolie histoire, qui a, ne l'oublions pas, des accents de tristesse, exerce sur le lecteur (avisé) une désagréable sensation de démangeaison au niveau des doigts à tel point que nos mains ont envie de mimer le geste de l’applaudissement (version sauvage) tout en gardant le roman entre elles.
Merci de ne pas reproduire cette dangereuse cascade littéraire qui pourrait intenter à la vie de votre livre.
Après ce message à caractère informatif, revenons-en au vif du sujet.
On essaye bien sûr de se calmer et on reprend notre lecture !! Mais grand mal nous fasse et nous survolons les pages suivantes avec bravade pour affronter ce périple littéraire. Bon soyons sérieux, le jeune Paolini (pardon ! pardon chers fans d’Eragon) est autant écrivain que Marc Levy! Certes ce jeune homme, qui va atteindre bientôt la vingtaine, est rempli de bonnes intentions. Seulement ce dernier reste ancré dans le sillage du grand Tolkien, mais avec le talent littéraire en moins. Et quand bien même, c'est un grand honneur de citer le sillage de Tolkien. Tout n’est que « déjà lu » et d’un classicisme désespérant. D'énormes longueurs parcourent le roman et sans grande surprise les pages (je répète 694 quand même!) qu'on tourne nous font l'effet d'un somnifére bien mielleux.
En bref, on s'ennuie !!

La conclusion de

Eragon, et bientôt sa suite L’Ainé, est en train de faire un tabac dans le monde de la littérature enfantine ou adolescente. N’oublions pas que c’est Bayard jeunesse qui édite la version française et ils ont eu raison vu l’énorme succès du bouquin. Pourtant il serait bien de mise de faire plutôt découvrir à la jeunesse, en quête d’émotions fantasy, de la véritable littérature, de Tolkien en passant par Clive S. Lewis.

Acheter Eragon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Eragon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de L'Héritage

  • Voir la critique de L'Héritage : Un final en demi-teinte
    50

    L'Héritage - Critique du roman par Sylvain T.

    Un final en demi-teinte : L’Héritage est loin du médiocre Brisingr, et c’est sans doute mieux pour celles et ceux qui souhaitaient un final de haute volée. …

  • Voir la critique de Brisingr : Définitivement mauvais
    25

    Brisingr - Critique du roman par Sylvain T.

    Définitivement mauvais : Décevant en tout point, Brisingr est un mauvais roman d’Heroic-Fantasy. Il y a des améliorations par rapport au second tome, notam…

  • Voir la critique de Eragon : Le seigneur des alpages
    35

    Eragon - Critique du film par Gil P.

    Le seigneur des alpages : Heidi avait de plus beaux paysages (et le seigneur des anneaux aussi), Star Wars avait un héros plus charismatique (pas faute de c…

  • Voir la critique de Eragon : Un film de dragon qui ne vole pas bien haut
    55

    Eragon - Critique du film par Nicolas L.

    Un film de dragon qui ne vole pas bien haut : Alors que dire de ce film ? C’est un spectacle pour enfant plutôt agréable, dans l’esprit du livre. Le principal défaut vient du …

  • Voir la critique de Eragon : J'ai trouvé ça sympa...
    52

    Eragon - Critique du roman par Lujayne M.

    J'ai trouvé ça sympa... : Après, eh bien... c'est une histoire pour ados, et, malheureusement, rien de plus. Il manque ce je-ne-sais-quoi dont était pourvu …

  • Voir la critique de Eragon : Gentillet et Guilleret !
    40

    Eragon - Critique du film par Lucie M.

    Gentillet et Guilleret ! : Finalemennt, Eragon est un film manquant de mordant, de majesté et de prise de risques se vouant directement à un public jeune et …

  • Voir la critique de L'Ainé : Eragon… Je suis ton frère !...
    52

    L'Ainé - Critique du roman par Nicolas L.

    Eragon… Je suis ton frère !... : L’Ainé est légèrement supérieur à Eragon, car il est plus varié et fait preuve d’un peu plus de maturité. On sent bien les ‘’infl…

  • Voir la critique de Eragon : Une œuvre moyenne mais pas si désagréable que ça…
    50

    Eragon - Critique du roman par Nicolas L.

    Une œuvre moyenne mais pas si désagréable que ça… : Pour conclure, je pense que Eragon est un premier livre d’un jeune homme passionné, comme beaucoup de gamins de son age, par les j…

En savoir plus sur l'oeuvre L'Héritage