75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Infernum in Terra >

Critique de la Bande Dessinée : Infernum in Terra

Avis critique rédigé par Richard B. le mardi 12 juillet 2005 à 07:02

Une terre si infernale ?

Deux ans, et re-voila le "Prophet" de Mathieu Lauffray. Finie, l’installation percutante du premier tome, les choses sérieuses arrivent… ou du moins sont censées arriver. Léger retour en arrière sur deux pages, et nous revenons sur une terre désolée et quasi déserte. Le personnage de Jack Staton est toujours à la recherche de ce qui a pu lui arriver, mais surtout il va rencontrer les conséquences de ses actes. Au programme : mutants, démons, Titans et Apocalypse… bref un peu de tout, mais jamais assez approfondi...
Si la première partie intrigue, la deuxième, qui correspond au retour du héros sur New York, ennuie. De plus les clichés sont nombreux : Jack refuse et doute d’être prophète, division des groupes avec en prime une rivalité de commandement, et bien sûr les grands démons pas beaux pas gentils. Tout respire le déjà vu, déjà entendu, bien sûr il reste toujours l’espoir de voir par la suite tout ça prendre un sens, peut-être que cela reste la seule folie d’un homme ? Peut-être que Jack est toujours dans le sanctuaire découvert au départ ? Ou alors, les desseins tracés du prophète ne sont pas ceux auxquels le lecteur peut s’attendre… Alors oui, en cela le troisième tome peut changer beaucoup de choses.
Le dessin, en ce qui me concerne, est comme son histoire : irrégulier. Les traits sont souvent épais et trop jetés. Le personnage de Jack, à certains moment a la barbe, à d’autres non, de même que parfois les traits en hachure sont si nombreux que cela rend la lecture confuse. A l’inverse parfois on assiste à des décors vastes ou à des cases proposant une véritable construction graphique. Les couleurs se prêtent cependant plutôt bien au style, même si parfois certaines cases - comme celles sous les eaux - aurait pu être mieux abordées dans leur traitement.

52

Un album qui se lit mais qui ne reste pas dans les mémoires, jusqu’ici c’est assez cliché. De plus ça se déroule trop vite, ne laissant pas le temps au lecteur de s’angoisser ou de se poser des questions. Bref, moyen… en attendant de voir si la suite casse l’opinion du moment.

Critique de publiée le 12 juillet 2005.

Que faut-il en retenir ?

  • De belles cases
  • Une suite peut encore donner de l'epaisseur

Que faut-il oublier ?

  • Brouillon par moment
  • Reste pas dans les mémoires
  • Rythme

Acheter Infernum in Terra en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Infernum in Terra sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !