75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Spider-Man :L'Intégrale 1970
Spider-Man :L'Intégrale 1970 >

Critique de la Bande Dessinée : Spider-Man :L'Intégrale 1970

Avis critique rédigé par Richard B. le vendredi 25 mars 2005 à 0426

1970, Gwen en deuil !


Une année loin d’être facile pour notre pauvre Peter, pourtant ce n'est pas les premières péripéties qui auraient pu nous amener à penser que 1970 serait marqué par si peu d’événements. Et pourtant …
Il faudra attendre cependant la page 66 de l’album pour trouver des scénarios intéressants. Avant cela, les auteurs réintroduisent le Caméléon, un adversaire que les lecteurs n'avaient pas vu depuis longtemps et qui figurait comme l’un des premiers adversaires du Ttisseur (Intégrale 1 1962-1963). Un retour loin d’être fracassant et totalement dispensable. Ensuite arrive le Kangourou, un tout nouvel adversaire qui ne fera pas date étant un personnage vraiment non charismatique. Le retour d’Elektro ne changera pas la donne, puisque l’ensemble donne une impression de déjà vu.
Arrive enfin la page 66 qui nous introduit l’équivalent de trois comics mensuels et qui nous présente un personnage du nom de «Conspirateur». Ce cycle permet avant tout d’apporter un peu plus de profondeur au Caïd. Le conspirateur n’est pas à proprement parler d’ailleurs un adversaire pour le Tisseur, mais plutôt pour notre numéro 1 de la pègre. A travers le cycle on apprendra que le Caïd possède non seulement une femme, mais aussi qu’il est père de famille. Après cela, on retrouve une courte histoire, « bouche-trou » mais plaisante, qui introduit la Veuve Noire aux lecteurs de Spidey(une ex-agent du KGB travaillant un temps pour les vengeurs et Nick Fury).
Puis commence le véritable tournant, et ce qui fait que cette intégrale 1970 est une date importante dans la vie de Peter Parker ! L’histoire « bas les masques » demeure unique, car il faut se souvenir que ce sera la seule fois où Peter Parker annonce à tous ses amis qu’il est Spider-Man. Bien sûr plus tard MJ l’apprendra ainsi que Tante May, mais ici c’est lors d’une soirée qu’il révèle la vérité, et il s’y trouve pas mal de monde. Une idée sympathique, qui hélas, tourne trop rapidement dans la facilité, et les moyens utilisés par Stan Lee, afin que Parker prouve qu’il avait menti et qu’il n’est pas Spider-Man, demeurent un peu simpliste. Mais l’incontournable se situe vraiment juste après, lors d’un conflit entre « Dock Oct » et Spidey, qui va conduire le capitaine Stacy à mourir héroïquement. Une mort importante puisque tout d’abord Stacy était un des rares à avoir deviné la vérité sur Parker et son identité secrète, ensuite parce que cet événement va lui rappeler la mort de son oncle (Il n'y avait pas eu de décès d’un proche depuis le premier numéro) . Et surtout car Peter Parker se voit promettre de protéger Gwen Stacy la fille du capitaine, une promesse qu’il ne pourra peut-être pas tenir (la réponse à cette question en 1973)
Techniquement le dessin est sans faille, toujours supervisé par le grand John Romita Sr, le tout se révèle incroyable face aux autres produits équivalents de ces mêmes années. L’année 1970 voit introduire un nouvel illustrateur dans l’équipe du nom de Gil Kane (qui a travaillé sur Conan le barbare). On remarquera dans ce numéro énormément de prises de vues complexes et surtout des pleines pages et un cassage définitif du quadrillé en 6 cases sur une planche (Même si la démarche avait commencé avec l’arrivé de Romita, en parallèle aux comics des années Ditko, 1970 est définitivement une barrière avec le découpage des albums initiaux)
L’album se conclut par une galerie décrivant sur 20 pages les adversaires de Spidey rencontrés depuis 1962.

La conclusion de

1970 se démarque par deux événements majeurs. Si les premières histoires sont vraiment moyennes et répétitives, la deuxième partie apporte beaucoup et restera dans les évènements les plus important du super-héros. Indispensable à toute personne voulant suivre les événements majeurs du Tisseur !

Acheter Spider-Man :L'Intégrale 1970 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spider-Man :L'Intégrale 1970 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spider-Man

En savoir plus sur l'oeuvre Spider-Man